Affaire Mediator: @si explique la collusion entre l’AFSSAPS et les labos

Imprimer cet article    Version PDF    Poster sur facebook    Tweeter la page    Ajouter à  MySpace    Ajouter sur del.icio.us    Digg this    

Le Mediator est désormais interdit en France. Conçu pour les diabétiques en surpoids le médicament était régulièrement prescrit depuis 30 ans pour aider à maigrir.  Il aurait causé la mort « de 500 à 1000 personnes au moins » alors que sa toxicité est connue depuis 1995… Les Etats-Unis l’ont par exemple interdit depuis 1997. Pourquoi avoir attendu autant de temps avant d’interdir en France ? Le site d’information Arrêt sur Image (NDLR: @si) consacre un dossier au sujet en rappelant notamment la collusion qu’il existe entre l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) et les laboratoires pharmaceutiques qui financent à 83% l’agence gouvernementale.

Mediator
Boite de Mediator

Arret sur Image raconte le combat du Dr Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, pour informer sur la dangerosité du Mediator ces dernières années. Il explique comment le livre du Dr Frachon (NDLR : « Mediator 150mg : combien de mort ?« ) a été censuré et comment le groupe Servier s’est arrangé pour « tuer le livre« .

La bataille le communication qui s’en est suivi concernant la validité des études citées dans l’ouvrage a permis de retarder l’interdiction du médicament (remboursé par l’Assurance Maladie jusqu’à la fin), alors même que celui-ci était interdit à l’étranger depuis plus de 10 ans.

@si interroge ensuite sur l’indépendance de l’AFSSAPS, agence sensé veiller à la sécurité sanitaire des médicaments autorisés à la vente, en donnant la parole à un médecin :

« Aujourd’hui, il est devenu quasiment impossible d’avoir une information indépendante car c’est l’industrie pharmaceutique qui finance l’argent des études.« 

@si s’appuie sur une demande de commission d’enquête effectuée en 2003 par un groupe de sénateurs inquiets du désengagement de l’État dans cette structure censée pourtant être indépendante. Il explique :

« En 2003, les ressources de l’AFSSAPS provenaient pour 83% de l’industrie pharmaceutique et pour seulement 6,4% de l’Etat. Le constat est rude: n’étant plus soutenue financièrement par l’Etat (4,9 millions d’euros de subvention en 2003), l’AFSSAPS n’ose plus prendre de décisions contrariant un tant soit peu les intérêts immédiats des firmes. La préservation de la santé de l’industrie pharmaceutique semble ainsi passer avant celle des patients« 

Propos peu rassurants qui sont confirmés par Irène Frachon qui ne cache pas que selon elle « il y a manifestement une proximité extrêmement forte entre l’AFSSAPS et les laboratoires Servier ».

Pour ne rien gâcher, selon le député socialiste Gérard Bapt, que @si a contacté, l’AFSSAPS « n’aura plus aucune subvention de l’Etat en 2011 ». En clair, dans un avenir proche, l’autorité censée être indépendante fonctionnera exclusivement sur fonds privés.

@si termine son article en rappelant la responsabilité d’une partie de la classe politique qui par sa « bienveillance« , « ferme les yeux sur ces relations incestueuses, voire l’encourage en retirant les fonds publics de l’AFSSAPS« .

Cet article édifiant est à lire au complet sur le site d’Arrêt sur Image : Mediator, autopsie d’un silence mortel.

Ce contenu a été publié dans France, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à Affaire Mediator: @si explique la collusion entre l’AFSSAPS et les labos

  1. dOd dit :

    Et bien on est pas sorti de l’auberge !

  2. isidore dit :

    Rue89 consacre un article aujourd’hui au Mediator.

    Le site d’information note que malgré l’annonce des pouvoirs publics et l’étendu du scandale, sur le Mediator c’est ‘silence radio’ :
    http://www.rue89.com/2010/12/02/ni-cellule-de-crise-ni-numero-vert-mediator-silence-radio-178703

  3. mam dit :

    c’est grave et honteux;
    mais comment vont-ils réagir?

  4. PandoraVox dit :

    Ce matin sur France Inter, l’invité du 7-9, Jean-Marie Le Guen a été longuement interrogé sur le sujet : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/sept-neuf/

    Il a expliqué qu’il était grand temps de rendre son indépendance à l’information sur les médicaments et aux autorités de santé, en évoquant l’exception Française à ce sujet.

  5. isidore dit :

    Xavier Bertrand a annoncé que les malades du Médiator seraient entièrement pris en charge par la Sécu…
    http://www.lefigaro.fr/sante/2010/12/24/01004-20101224ARTFIG00416-la-secu-va-prendre-en-charge-les-patients-du-mediator.php
    Ben voyons ! Ce ne serait surtout pas au laboratoire Servier de payer !!!
    Après on va dénoncer le trou de la Sécu….
    Comme toujours, gros bénéfice privés, pots cassés payés par le public ! 🙁

  6. juju dit :

    Libération a longuement enquêté sur l’affaire du Mediator. Dans l’article Les méthodes de l’ombre du labo Servier ils expliquent comment le laboratoire Servier a tout magouillé. On y apprend notamment que Servier a fait appel à Image 7 une puissante boite de com’ pour surmonter la crise du Mediator. Extraits :

    « Comme l’a révélé Le Canard enchaîné, Servier a été épinglé en 1999 pour avoir constitué une équipe de barbouzes. Des anciens des services secrets chargés des enquêtes de personnalité très poussées. L’objectif : écarter les candidats «de gauche»,«syndiqués», ou «contestataires». »

    « «Parce que son portefeuille de produits est médiocre, Servier avait besoin de savoir les vendre», explique un consultant. C’est tout le génie de cette entreprise. Le terme marketing est vulgaire. On y préfère la «communication médicale». Massive, ultra-rodée et parfois tendancieuse. Servier a identifié très tôt ses clients : les médecins généralistes prescripteurs. «Il y a une école Servier dans la visite médicale», explique un ancien. «Ce sont les plus agressifs commercialement», explique Bernard Becel, médecin qui a animé un réseau d’observateurs de la visite médicale pour la revue Prescrire. Servier avait trois réseaux différents: les «jolies femmes» pour séduire, les hommes qui flattaient, et «les agressifs qui vous traitaient d’incompétent si vous ne prescriviez pas leurs produits». »

    « Servier a aussi su tisser sa toile dans l’administration. «Les gens avec qui je me suis bien entendu ont fait des belles carrières», rappelle Servier à un ancien haut cadre du ministère. « 

    « La Commission européenne a lancé en juillet 2009 une enquête contre le labo, accusé d’entente avec les génériqueurs pour qu’ils ne copient pas trop vite certains de ses produits. »

  7. juju dit :

    Toujours chez Libé on apprend que la Sécu ne va pas se laisser faire. Heureusement !
    http://www.liberation.fr/societe/01012310022-mediator-l-assurance-maladie-va-demander-des-comptes-au-laboratoire-servier

    « La Caisse nationale d’Assurance maladie (Cnam) « fera valoir ses droits » dans les procédures juridiques qui seraient intentées par des victimes du Mediator contre son fabricant, les laboratoires Servier, a indiqué samedi le directeur de la Caisse, Frédéric Van Roekeghem. »

    « Dans des cas comme ceux-là, « on considère que les soins pris en charge n’ont pas à être financés par la collectivité », a-t-il continué. »

  8. isidore dit :

    Servier aurait fait effacer des phrases clés d’un rapport d’étude avant sa présentation à l’AFFSSAPS… (Nouvel Obs) mais à part ça personne ne savait !

  9. dOd71 dit :

    Cette affaire n’a pas fini d’être louche :
    http://www.rue89.com/2011/01/14/melange-des-genres-entre-le-labo-du-mediator-et-le-cabinet-bertrand-185667
    Le laboratoire Servier, qui a commercialisé le Mediator, a financé des travaux de Christian Thuilliez, conseiller pour les affaires hospitalo-universitaires et la recherche au cabinet de Xavier Bertrand. Y a-t-il conflit d’intérêts ?

  10. PandoraVox dit :

    L’IGAS a rendu un rapport d’enquête et c’est accablant pour le laboratoire Servier qui est présenté comme principal responsable et ayant usé de pression sur l’AFSSAPS:
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/01/15/mediator-le-rapport-de-l-igas-accable-servier-et-le-systeme-de-sante-francais_1466210_3224.html

  11. ChaNoYu dit :

    Ce type de scandales avait déjà été dénoncé par le Dr. Marc Girard, dans son ouvrage « Alertes grippales », aux éditions Dangles, dans un chapitre où il explique tous les mécanismes de collusion, les liens, les interactions et les enjeux, entre l’industrie pharmaceutique (les laboratoires et leurs experts) et le pouvoir (les gouvernements). Dépassant l’actualité d’alors (la grippe « porcine ») qu’il s’applique ici à reléguer au statut de simple cas particulier, et à l’aide d’autres exemples (vaccination contre l’hépatite B, grippe « aviaire », …), l’auteur fournit matière à une réflexion durable sur la nécessité d’une réponse citoyenne à la dictature des experts : pour le profane, comment s’y retrouver dans les débats ? Comment choisir ?

  12. sebi dit :

    Dans une interview à paraître dans le Journal du dimanche, le ministre de la santé, Xavier Bertrand, donne une semaine au laboratoire Servier pour revoir sa proposition en matière d’indemnisation des patients victimes du Mediator.
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/03/26/mediator-bertrand-somme-le-laboratoires-servier-de-revoir-son-offre_1499230_3244.html

  13. PandoraVox dit :

    Mediator: le coût pour la Sécurité sociale évalué à 1,2 milliard d’euros, selon « le Figaro » :
    http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5hVxSol449lHa_iv9YYouXQbQfzfA?docId=6762813

  14. Pamir dit :

    « Selon des documents que s’est procurés « Le Monde », le laboratoire Servier savait, depuis au moins le début des années 1990, que son médicament, le Mediator, était nocif. »
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/05/12/mediator-le-laboratoire-servier-savait-depuis-1995_1520781_3224.html#ens_id=1517089

  15. dOd71 dit :

    La leçon du Mediator semble avoir été retenu, notamment en terme de principe de précaution, l’AFSSAPS vient de retirer du marché deux antidiabétiques. Peut être que son nouveau mode de fonctionnement est un peu moins complaisant avec les labos pharmaceutiques…
    http://www.mutualite.fr/L-actualite/Kiosque/Revues-de-presse/L-Afssaps-retire-deux-antidiabetiques-du-marche

  16. dOd71 dit :

    Affaire Mediator, suite :

    « Après avoir auditionné une centaine d’acteurs du système de santé, la mission d’information de l’Assemblée nationale sur le Mediator et la pharmacovigilance s’apprête à rendre ses préconisations. Le rapport rédigé par Jean-Pierre Door, député UMP du Loiret, que Le Monde s’est procuré, doit être débattu et voté mercredi 15 juin, puis publié la semaine prochaine. Il juge nécessaire une réforme interne de chacune des agences sanitaires et la création d’une cellule de coordination de celles-ci. »
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/06/15/mediator-des-deputes-souhaitent-une-reforme-de-la-securite-sanitaire_1536340_3224.html#ens_id=1517089

  17. dOd71 dit :

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/06/23/apres-le-scandale-du-mediator-xavier-bertrand-devoile-sa-reforme_1539680_3224.html#ens_id=1527237
    « Après le scandale du Mediator et la remise de plusieurs rapports sur les pistes de réforme du système de pharmacovigilance, le ministre de la santé, Xavier Bertrand, explique au Monde les mesures qu’il devait dévoiler jeudi 23 juin. Il présentera un projet de loi au plus tard début août, afin que le texte puisse être examiné au Parlement à l’automne. »
    « Nous instaurons une déclaration publique d’intérêts pour tous les acteurs de santé : médecins et autres professionnels de santé, fonctionnaires, enseignants… Les défauts de déclaration seront passibles de sanctions.
    Quant aux commissions statuant sur le médicament, leurs membres seront moins nombreux et avec un mandat d’une durée limitée à quatre ou cinq ans. Les débats et décisions donneront lieu à publication des ordres du jour et des comptes-rendus.
    Toutes les agences disposeront dorénavant d’une cellule de déontologie.
     »
    « Plus aucun ministre de la santé ne devra pouvoir dire qu’il ne savait pas qu’un médicament était suspecté de poser problème, comme cela a été le cas avec le Mediator.  »
    « Nous ne pouvons pas garder la visite médicale telle qu’on la connaît. Participe-t-elle réellement à l’information des médecins? C’est cela que nous devons évaluer. Nous avons donc décidé de commencer par interdire les visites médicales individuelles dans les hôpitaux, où l’on peut dès maintenant organiser des visites collectives. Nous verrons ensuite si nous élargissons la mesure à la médecine de ville.« 

  18. dOd71 dit :

    L’indemnisation des victimes du Mediator a été validée
    « Les laboratoires Servier devront prendre en charge intégralement l’indemnisation des victimes du Mediator, déclare, vendredi 24 juin, Xavier Bertrand. Interrogé sur qui devra payer, le ministre de la santé a déclaré sur France 2 : « Le premier responsable, le laboratoire Servier, celui qui a produit le Mediator. » Comme on lui demandait si Servier devrait payer intégralement, Xavier Bertrand a répondu : « Evidemment, ce n’est pas le contribuable qui va payer à la place du laboratoire Servier, les choses ont été très claires. »
    Le Sénat a adopté jeudi soir à son tour le mécanisme d’indemnisation des victimes du Mediator dans le cadre du collectif budgétaire. Le dispositif prévoit « une indemnisation de l’ensemble des victimes du benfluorex [la molécule du Mediator] » avec une place centrale attribuée à l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam). Les victimes pourront ainsi saisir l’Oniam. « Lorsque la demande est jugée recevable par l’Oniam, il est procédé à une investigation par le collège d’experts », lit-on dans le rapport de présentation de la loi de finances rectificatives. L’Oniam peut dans un premier temps se substituer aux laboratoires Servier en proposant à la victime « une offre d’indemnisation ».
    « 

  19. isidore dit :

    « Aux médecins qu’il accuse aujourd’hui, le labo présentait le Mediator comme une réponse au surpoids. Un document le prouve. »
    http://www.rue89.com/2011/08/25/mediator-servier-flouait-les-medecins-la-preuve-219254

  20. dOd71 dit :

    L’Express résume l’affaire Mediator depuis 1 an :
    http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/le-scandale-du-mediator-en-10-liens_1027797.html
    Le scandale du Mediator en 10 liens
    Depuis près d’un an, le scandale du Mediator et le très controversé laboratoire Servier défrayent la chronique. Retour sur le plus gros scandale sanitaire de la décennie.
    Le scandale
    Le Mediator est le plus gros scandale sanitaire depuis l’affaire du sang contaminé. Cet antidiabétique, souvent prescrit comme coupe-faim, serait à l’origine de plusieurs centaines de décès – leur nombre reste encore à définir. Alors que le médicament est retiré du marché dans de nombreux pays, les médecins français, malgré les suspicions, le prescriront jusqu’en 2009. (A lire: Les dessous du scandale du Mediator et Mediator: pire que le sang contaminé?)
    Les laboratoires Servier auraient même sciemment dissimulé les caractéristiques de coupe-faim du Mediator. Et ce afin d’obtenir l’autorisation de le commercialiser sous forme d’anti-diabétique en 1973. (A lire: Mediator: deux témoignages accablants)
    Ce mardi, un nouveau médicament des laboratoires Servier, le Protelos, est également sur la sellette. L’entreprise pharmaceutique est accusée d’avoir dissimulé les effets secondaires de ce médicament contre l’ostéoporose. (A lire: Servier dément avoir caché les effets négatifs du Protelos)

    Les protagonistes
    Irène Frachon est celle par qui le scandale est arrivé. Pendant des années, la pneumologue s’est battue pour alerter les autorités des effets secondaires du Mediator. Elle aurait subi de nombreuses pressions et menaces pour l’empêcher de parler. Son livre, Mediator 150 Mg, Combien de morts? a déclaré un véritable tollé. (Lire le tchat d’Irène Frachon : Mediator : « Les craintes de représailles par les laboratoires paralysent »)
    Le scandale a également révélé la personnalité de Jacques Servier, le fondateur du deuxième laboratoire pharmaceutique français. A 89 ans, il vit dans le culte du secret. (Lire: Les mystères du Dr Servier)

    Quelle est la responsabilité des médecins?
    Correctement prescrit, c’est-à-dire en respectant les indications officielles, le Mediator n’aurait jamais provoqué une telle hécatombe. Ce médicament était, en principe, réservé aux patients diabétiques en surpoids. Mais selon l’Afssaps, 77% des prescriptions l’auraient été à mauvais escient, c’est-à-dire pour permettre à des personnes non diabétiques de perdre quelques kilos en trop.
    Selon le mémoire d’enquête de l’avocate des laboratoires Servier, publié par Libération, le groupe pharmaceutique aurait même l’intention de faire payer aux médecins une partie de l’addition. (Lire: Servier veut-il faire payer les médecins?)
    Mais pour leur défense, Rue 89 a exhumé une ancienne publicité du groupe pharmaceutique vantant les vertus amaigrissantes du Mediator. (Lire: En 1980, Servier vantait les vertus amaigrissantes du Mediator )

    L’indemnisation des victimes
    Depuis le 1er septembre, les victimes du Mediator peuvent saisir l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam), pour obtenir réparation. Ils seront dédommagés grâce au Fonds d’indemnisation des victimes du Mediator financé par les laboratoires Servier. (Lire: Mediator: comment se faire indemniser?)

    La polémique sur le contrôle des médicaments
    Le scandale du Mediator relance le débat sur la pharmacovigilance. De nombreux observateurs ont, en effet, reproché à l’Afssaps de ne pas être intervenue assez rapidement. (A lire: Fallait-il interdire le Mediator au premier décès ?)
    Mais au-delà de ce seul scandale, l’opacité de l’industrie pharmaceutique, la puissance de ses lobbys et la formation des médecins ont également fait l’objet d’un débat. (A lire: Faut-il avoir peur des médicaments?)

  21. PandoraVox dit :

    Toutes les affaires sont liées. La juge de l’affaire du Mediator, Isabelle Prévost-Desprez a été dessaisie suite à ses révélation sur l’affaire Bettencourt :
    http://www.ladepeche.fr/article/2011/09/13/1166043-la-juge-prevost-desprez-dessaisie-du-dossier-du-mediator.html
    La juge Prévost-Desprez dessaisie du dossier du Mediator
    Isabelle Prévost-Desprez, la juge de Nanterre auteure de révélations fracassantes sur Nicolas Sarkozy dans l’Affaire Bettencourt, a été dessaisie provisoirement du dossier du Médiator, a annoncé ce matin le président du tribunal de Nanterre, Jean-Michel Hayat.
    […]
    Jean-Michel Hayat a expliqué qu’il avait demandé à la juge « d’envisager de lui céder la présidence des audiences de procédure du 26 et 27 septembre dans le dossier Mediator pour préserver les justiciables des antagonismes récurrents au tribunal de Nanterre, ce qu’elle a accepté vendredi ». « Isabelle Prévost-Desprez a adhéré à cette mesure conservatoire de nature à préserver la juridiction et proposée dans un souci d’apaisement des tensions », a ajouté le président du tribunal de Nanterre.
    Après la publication de « Sarko m’a tuer », des voix se sont élevées pour demander des sanctions disciplinaires à l’encontre de la magistrate.
    La 15e chambre du tribunal de Nanterre, présidée par Isabelle Prévost-Desprez, est saisie de plusieurs citations directes visant le groupe Servier, son fondateur de 88 ans Jacques Servier, ainsi que la société Biopharma, qui a commercialisé le médicament, pour des faits de tromperie aggaravée.

    Notre article sur l’affaire Eric Woerth / Bettencourt.

  22. dOd71 dit :

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/10/13/mediator-un-surcout-de-pres-de-10-millions-d-euros-pour-l-assurance-maladie_1587282_3244.html
    Mediator : un surcoût de près de 10 millions d’euros pour l’assurance-maladie
    Selon une information du Figaro publiée jeudi 13 octobre, les consultations en cardiologie et les échographies réalisées entre novembre 2010 et mai 2011 par des patients ayant pris du Mediator ont engendré un surcoût pour l’assurance-maladie de près de 10 millions d’euros.
    En novembre 2010, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) faisait des recommandations aux patients ayant pris du Mediator pour qu’ils aillent consulter un médecin en vue de déceler une éventuelle pathologie cardiaque, rappelle le journal. En décembre, 353 000 personnes ayant consommé ce médicament recevaient un courrier les invitant à faire une échographie du cœur. Quelque 137 000 patients ont subi cet examen, poursuit Le Figaro.

  23. sebi dit :

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/02/09/1320-deces-seraient-imputables-au-mediator-selon-deux-chercheurs-de-l-inserm_1641097_3224.html#ens_id=1638304

    1 320 décès seraient imputables au Mediator, selon deux chercheurs de l’Inserm
    « Près de 3100 hospitalisations pour une insuffisance des valves cardiaques et 1320 décès seraient attribuables à la prise de benfluorex (Mediator) au cours de la période 1976-2009 en France. Publiés jeudi 9 février, dans la revue Pharmacoepidemiology and Drug Safety, ces calculs ont été effectués par deux épidémiologistes de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Agnès Fournier et Mahmoud Zureik, qui avaient présenté en novembre 2010 une étude évoquant une fourchette plus large, allant jusqu’à 2000 décès.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.