La Justice fait place à Michel Mercier

Imprimer cet article    Version PDF    Poster sur facebook    Tweeter la page    Ajouter à  MySpace    Ajouter sur del.icio.us    Digg this    

Depuis deux jours, les médias relèvent surtout l' »alibi centriste » que constitue la nomination de Michel Mercier (président du conseil général du Rhône) au ministère de la Justice. Ils sont moins nombreux à avoir noté que par un heureux concours de circonstances, l’enquête dont il était l’objet depuis février 2009 – au sujet de l’attribution de la concession du tramway Rhônexpress – a été classée sans suite hier par le parquet général de Lyon (source Lyon Capitale, le 15/11/2010).

Michel Mercier lors de l'inauguration de Rhonexpress (Lyon en France)

Petit rappel des faits…

Une nouvelle ligne de tram pour l’aéroport de Lyon

En Aout 2010 les habitants de Lyon et sa région découvrent un nouveau moyen de transport dans leur paysage urbain : la ligne Rhônexpress. Cette ligne relie la gare de la Part-Dieu à l’aéroport de Saint-Exupéry (ex Satolas). Les usagers découvrent en même temps les tarifs exorbitants de ce service (parmi les plus chers d’Europe selon Lyon Capitale) : l’aller en tramway coûte 13€ quand la précédente navette Satobus (ville-aéroport) coûtait 15,80€ aller/retour. De plus le précédent service de bus permettait de desservir plusieurs points clés de la ville (les deux gares, Grange Blanche Mermoz…) alors que le nouveau tramway ne s’arrête qu’à la Soie et la zone industrielle de Meyzieu…

Sensé offrir un meilleur service en « garantissant le trajet en 30 minutes » Rhônexpress n’est guère plus rapide que ne l’était Satobus avec ses bus toutes les vingts minutes. Et surtout Rhônexpress ne dessert l’aéroport qu’au niveau de la gare TGV – soit à l’autre bout des Terminaux de vol. Bref, le temps que l’on gagne d’un coté, on le perd de l’autre.

Accusant le nouveau service de les pousser vers les taxis, de nombreux usagers s’organisent pour protester contre ce « racket » (voir par exemple le groupe Facebook « en attendant un Rhonexpress abordable« )

Enquête sur l’attribution d’une concession d’exploitation très avantageuse

En février 2009, le parquet financier de Lyon s’intéressait à un éventuel délit de favoritisme dans le marché public du tramway Rhônexpress et ouvrait une enquête préliminaire. Les accusations portaient entre autre sur un soupçon de financement occulte de la campagne de François Bayrou en 2007, dont Michel Mercier était le mandataire financier (source Rue89).

La concession d’exploitation a été attribuée pour trente ans à Vinci dans des conditions plutôt avantageuses. Voici ce qu’explique Lyon Capitale:

« Selon le Département du Rhône, la société Rhônexpress – filiale du groupe Vinci – a payé 50,55% de l’investissement global qui s’élève à environ 120 millions d’euros, le Conseil général s’acquittant de l’autre moitié, 49,45%. Mais c’est oublier les 3,5 millions que le Conseil général versera chaque année à Vinci pendant les 30 ans que dure la concession de la ligne. Cette somme sera augmentée chaque année d’un taux de 2%. Le total ainsi versé est égal aux crédits contractés par la société Rhônexpress pour avancer sa part dans l’investissement. »(source Lyon Capitale)

En résumé, Vinci a peut être financé la moitié de l’investissement, mais il l’a fait en contractant un crédit dont le Conseil général lui garantit le remboursement en totalité – avec les intérêts – sur 30 ans…

Enfin, pour terminer, les usagers-contribuables verront le tarif de Rhônexpress réévalué chaque année au mois de Juin. Cela promet…

Nomination à la Justice… et classement sans suite

Lyon Capitale explique ce lundi 15 Novembre – au lendemain de la nomination de M. Mercier au ministère de la Justice – qu’une source judiciaire du parquet général de Lyon lui a confirmé qu’il avait été décidé de procéder au classement sans suite de l’enquête préliminaire, en précisant :

« Le classement sans suite aurait été décidé « la semaine dernière »  sans que le parquet général ne soit capable de donner une date plus précise. Pourtant, nous avons contacté le parquet général ce lundi matin et le classement sans suite de l’affaire n’a à aucun moment été évoqué. Notre interlocuteur indiquait au contraire que la nomination de Michel Mercier au ministère de la Justice « ne changerait rien aux investigations en cours » . » (source)

Concernant l’enquête, la Justice devra donc se focaliser uniquement sur le rôle présumé de Guy Mathiolon (président de la CCI de Lyon), dans la modification des tracés du tram.

En attendant ce sont les usagers et les contribuables de Lyon qui continueront de payer – au prix fort – des choix politiques discutables et incompréhensibles sur un projet d’urbanisme contesté. Sans avoir plus d’explications.

Ce contenu a été publié dans France, Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La Justice fait place à Michel Mercier

  1. dOd71 dit :

    A priori les Rhodaniens n’en tiennent pas trop rigueur à Michel Mercier, il est en balottage favorable suite aux dernières cantonales pour le poste de président du conseil général du Rhône…

  2. juju dit :

    Effectivemment Mercier reste président du conseil général du Rhône. Il va pouvoir continuer ses petits arrangements…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.