Quartier lointain, un chef d’oeuvre de la BD au cinéma

Imprimer cet article    Version PDF    Poster sur facebook    Tweeter la page    Ajouter à  MySpace    Ajouter sur del.icio.us    Digg this    

C’est ce mercredi 24 Novembre 2010 que sort « Quartier Lointain« , l’adaptation au cinéma de la fantastique bande dessinée éponyme de Jiro Taniguchi. Un seule question brûle les lèvres de tous les fans, le film – réalisé par Sam Garbarski – sera-t-il à la hauteur du livre ? C’est peut être aussi le temps pour tous de (re)lire la bande dessinée qui reste comme un chef d’œuvre du genre.

Quartier lointain, le film

Quartier lointain, le film (affiche Allocine)

« Thomas, la cinquantaine, père de famille, arrive par hasard dans la ville de son enfance. Pris d’un malaise, il se réveille quarante ans plus tôt, dans son corps d’adolescent. Projeté dans le passé, il va non seulement revivre son premier amour, mais aussi chercher à comprendre les raisons du mystérieux départ de son père. Mais peut-on modifier son passé en le revivant ? » (Synopsis Allociné)

 

Vous l’aurez compris, comme son titre ne le confirme pas « Quartier Lointain » traite du voyage dans le temps. Le thème est éculé, mais Taniguchi l’aborde ici sous l’angle de l’introspection. C’est finalement moins dans le passé que dans ses propres souvenirs que voyage le héros. On s’est sans doute tous pris au jeu à s’imaginer en train de re-vivre nos meilleures années, le héros de de cette histoire réalise ce fantasme.  Que se serait-il passé si… ? Qui n’a jamais cherché à se réconcilier avec son passé ? « Quartier Lointain » c’est une histoire magnifique, récursive qui mêle nostalgie, poésie, délicatesse et auto-analyse. Une jolie fable sur le sens de la vie et de l’essentiel, le genre de livre qui se vit et dont on sort enrichi.

 

Quartier lointain, la BD, Jiro taniguchi

Quartier lointain, la BD de Jiro taniguchi

On connaissait Taniguchi pour ses illustrations (comment oublier les vertigineuses planches de « Le sommet des Dieux » ? Illustrant à merveille l’épopée écrite par Baku Yumemakura). Il signe ici une œuvre complète qui restera dans les annales de la bande dessinée.

Mais comment sera le film ?

Question récurrente. En cherchant du coté de l’auteur qui a donné quelques (rares) interviews, on a déjà quelques éléments de réponse :

« Je ne m’y attendais pas vraiment et j’étais très heureux qu’on me propose de l’adapter au cinéma… »

L’adaptation cinéma n’est donc pas à la base une volonté de l’auteur… Pas très bon signe…

« On m’a fait parvenir le scénario et j’ai pu donner mon avis. J’ai fait quelques suggestions portant sur des détails, mais je ne me suis pas impliqué davantage. »

On peut donc en conclure que Sam Garbarski s’est bien approprié l’histoire, et qu’il s’agit bien de « son » film. Ce qui est sans doute mieux. On a tous en mémoire ces films dont l’auteur a un peu trop contrôlé l’adaptation (alors que justement ce n’est pas leur métier premier de réaliser des films) au point de gâcher le résultat.

« Lorsque j’ai vu le film la première fois sur grand écran, j’ai été très ému. Et je crois que même les lecteurs du manga seront touchés par la version de Sam Garbarski. J’ai été frappé par certaines scènes ajoutées que je n’aurais jamais pu dessiner mais qui fonctionnent très bien au cinéma. Par exemple, la scène où Thomas danse avec sa mère et sa petite sœur est très belle, grâce à la musique notamment. Aucun dessin ne pourrait rendre la même émotion. » (Source de l’interview Evene)

Si même l’écrivain a apprécié le résultat, ça doit être plutôt bon, non ? La vraie question est sans doute plutôt : si c’était raté, il nous le dirait ? En passant de la BD au film, on note aussi que l’histoire est aussi passée du japon à la France… C’est une petite déception car le délicat portrait du japon d’après guerre fait pour beaucoup dans le charme du livre.

On rajoutera dans les autres bonnes raison d’aller voir ce film, la bande originale signé Air, qui ne peut que coller à l’atmosphère mélancolique de cette histoire

Bref, trêve de discours, on va tâcher d’aller voir ce film et on en reparlera. En attendant si vous l’avez vu… à vos commentaires !

Ce contenu a été publié dans Culture, Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Quartier lointain, un chef d’oeuvre de la BD au cinéma

  1. PandoraVox dit :

    —– Attention ceci révèle l’intrigue de l’histoire —–

    Du coup Pandora Vox est allé voir « Quartier Lointain »… Et autant vous dire qu’on a été déçus. Chacun se fera son opinion, mais voici les éléments qui nous ont vraiment laissé sur notre faim :

    -> L’histoire se passe effectivement en France, en 1961. Contrairement à la BD qui se déroule au Japon à la même période. C’est vraiment dommage car jamais le film ne parviendra à recréer la même atmosphère délicate et feutrée du livre. On notera même des anachronismes flagrants (coupes de cheveux, façon des adolescents de s’adresser au adultes…) qui laissent une impression « années 60 reconstituées » plus que « années 60 ». On n’y croit pas vraiment.

    -> La réalisation du film est très lente, sans pour autant reconstituer la poésie de la BD. Un rythme plus musclé et un ton plus juste auraient été très profitables. Le jeu des acteurs est parfois affligeants (renforcé par une faible présence musicale). La scène de retrouvailles entre le héros et son amis d’enfance mécanicien est par exemple d’une pauvreté extrême.

    -> Certaines adaptations sur l’histoire sont vraiment dommageables. Exit par exemple l’amitié entre le héros et son camarade qui devient écrivain… et qui finit par comprendre ce qui arrive à son ami (aucune allusion dans le film). La relation d’amour adolescente est aussi traitée par dessus la jambe (si l’on peut dire)… même la proximité avec son père n’est pas rendue dans l’adaptation cinéma, qui le présente uniquement froid et distant.

    -> Et surtout, on a raté l’essentiel de cette histoire : c’est parce que le héros se rends compte qui est en train d’abandonner ses propres filles en revivant avec joie son adolescence, qu’il comprend le départ de son père (il était en train de faire la même chose). Il retourne alors dans le présent avec la réponse à sa question (pourquoi mon père est parti ?), et c’est le succès de son introspection. C’est ce qui fait toute l’originalité de cette histoire, et le film passe malheureusement à coté de cela.

    => En résumé : lisez la BD !

  2. Ping : L’auteur de ‘Maus’, enfin couronné à Angoulême | Pandora Vox

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.