Après « le monde selon Monsanto », ne ratez pas « notre poison quotidien » de Marie-Monique Robin

Imprimer cet article    Version PDF    Poster sur facebook    Tweeter la page    Ajouter à  MySpace    Ajouter sur del.icio.us    Digg this    

Marie-Monique Robin est une femme formidable ! Chacun de ses reportages est un film coup de poing qui jette un pavé dans la marre. Cette semaine sera diffusée sur Arte sa dernière enquête sur les poisons qui se cachent dans notre alimentation. C’est mardi soir à 20H45 et il ne faut pas rater ça !

Marie-Monique Robin

Le terme « journaliste » est tellement galvaudé – et ils se font si rares aujourd’hui – qu’on a inventé une nouvelle expression pour les désigner : les journalistes d’investigation. Marie Monique Robin est incontestablement de ceux là. Gratifiée du prix Albert Londres pour son reportage sur les trafics d’organes en Amérique Latine (« Voleurs d’yeux » en 1993), ses films sont toujours le résultat d’une longue enquête de terrain et sont d’une pertinence rare. Mme Robin n’a aussi pas peur de s’attaquer aux puissants, aux travers de sujets ayant tous pour dénominateur commun la défenses des droits humains. On notera ainsi un film le SIDA à Cuba (SIDA et révolution, 1989), un reportage sur l’implication de l’armée Française dans la légion Condor (Escadrons de la mort, l’école française, 2003) ou une dénonciation de la torture pratiquée par l’armée Américaine (Torture made in USA, 2009). On lui doit aussi quelques enquêtes réalisées en France : « La révolte des femmes battues » en 2000 et « l’École du soupçon » en 2005 qui dénonce les dérives de la lutte contre la pédophilie. Il s’agit donc d’une véritable « pointure » du journalisme d’investigation.

Née dans les Deux-Sèvres de parents agriculteurs, Marie-Monique Robin a effectué ces dernières années une sorte de retour aux sources en s’intéressant de près à l’agriculture et la biodiversité. Ainsi sont nés « Les pirates du vivant » et « Blé : chronique d’une mort annoncée » en 2005, avant le plus célèbre, « Le monde selon Monsanto » sorti en 2008. Mme Robin y raconte l’histoire de la firme de Saint-Louis, depuis son lobbying pour obtenir l’utilisation de son « agent Orange » par l’armée Américaine au Viet-Nam aux début des années 70 ; jusqu’à la position quasi-monopolistique de géant des OGM que la firme à obtenu à grand coup de campagnes d’intox et d’infiltration des milieux scientifiques. Il y a trois ans, en plein débat sur les OGM ce reportage avait fait l’effet d’une bombe, et valu à la journaliste quelques problèmes juridiques avec Monsanto.

Notre poison quotidien, 2011

C’est donc dans une certaine continuité que Marie-Monique Robin signe aujourd’hui un film sur notre alimentation. Il s’agit d’une grande enquête qui « démontre de manière implacable comment l’industrie chimique empoisonne nos assiettes« . Au travers de quatre reportages, l’auteur passe en revue les produits toxiques que l’on trouve dans notre assiette (pesticides, aspartame, Bisphenol A…) et se rend en Inde étudier l’alimentation dans un état où il y a moins de cas de cancers et moins de gens obèses que dans les sociétés occidentales. (Extraits disponibles sur le site d’Arte ici)

Bref, ne manquez pas « Notre poison quotidien » mardi 15 Mars 2011 à 20H45, sur Arte !

Ce contenu a été publié dans Culture, Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Après « le monde selon Monsanto », ne ratez pas « notre poison quotidien » de Marie-Monique Robin

  1. dOd71 dit :

    Effectivement ça a l’air pas mal ce reportage, je vais peut être renoncer à la Ligue des Champions demain soir… 😉

    • mam dit :

      je l’ai écoutée sur france inter,très interessante, le débat était chaud ,
      elle s’est très bien défendue bravo pour tout ce quelle fait.

  2. sebi dit :

    Au pire tu n’as qu’a l’enregistrer !

  3. isidore dit :

    Effectivemment j’ai vu le reportage hier soir et c’est hallucinant.
    Une canette de soda « light » par jour et les problèmes commencent… Une par jour c’est presque rien ! Pareil pour le Bisphenol A il y en a partout….

    Ensuite pas besoin de chercher pourquoi tout le monde autour de nous chope des cancers. Je voudrais bien voir la courbe d’évolution du nombre de cancers depuis 50 ou 100 ans dans nos sociétés. Que les pouvoirs publics (et les citoyens !) réagissent.. vite !

  4. sebi dit :

    Doctissimo.fr dit pourtant le contraire concernant l’aspartame : http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/dossiers/boisson-light/articles/12754-aspartame-idees-recues.htm
    Ce site de pseudo-médecins est vraiment à la solde de l’industrie. Ces sites sont complètement vérolés et servent la propagande des labos et de l’industrie alimentaire. A quand une réglementation sur les sites se réclamant du médical ?

  5. PandoraVox dit :

    Marie-Monique Robin avait raison en tous cas sur le pouvoir d’influence de Monsanto.
    Un cable de Wikileaks révèle que la diplomatie Etasunienne en Europe était tout à son service :
    Quand la diplomatie américaine était au service de Monsanto
    http://www.rue89.com/2011/08/27/quand-la-diplomatie-americaine-etait-au-service-de-monsanto-219541
    L’année suivante, la diplomatie américaine s’alarme de la sortie du documentaire de la journaliste française Marie-Monique Robin, auteure du « Monde selon Monsanto ».
    Il est alors question de mettre au point des « talking points » pour mieux protéger les intérêts de Monsanto. Soit des « éléments de langage » bien rodés à servir aux détracteurs de Monsanto. Le site Dissenter cite un câble daté du 4 février 2008 :
    « Le film et le livre ne diabolisent pas seulement Monsanto. Ils dénoncent aussi l’action gouvernementale américaine par son manque d’éthique et d’intégrité scientifique […]
    Le livre et le films sont sur le point d’être traduits en anglais et dans d’autres langues. Le pays demande à une agence de Washington de fournir des “talking points” à utiliser face à un éventail d’interlocuteurs au sein d’une base listant les questions éventuelles. »

    Contactée au téléphone, MM Robin ne se montre pas plus étonnée que ça :
    « Ça ne fait que confirmer que les points soulevés dans le film les ont vraiment ennuyés : les liens entre Monsanto et le gouvernement américain, et tout le reste.
    Monsanto, par le biais diplomatique, a eu assez de pouvoir pour faire en sorte que l’Espagne mette mon film dans un tiroir. Ca me prouve au moins que je n’étais pas paranoïaque. »

  6. dOd71 dit :

    A force ça finit par avancer :
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/09/28/une-proposition-de-loi-veut-bannir-le-bisphenol-a-des-emballages-alimentaires_1579037_3244.html
    Une proposition de loi veut bannir le bisphénol A des emballages alimentaires
    La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a voté, mercredi 28 septembre, une proposition de loi visant à interdire la fabrication, l’importation, l’exportation et la mise sur le marché de tout conditionnement alimentaire contenant du bisphénol A (BPA), a annoncé l’auteur de la proposition, Gérard Bapt. Selon le député PS, « la proposition vise à ce qu’il n’y ait plus de contamination par voie alimentaire au bisphénol pour les femmes enceintes, les jeunes enfants et la population en général ».
    Le délai d’entrée en vigueur a été fixé au 1er janvier 2014 pour permettre « aux industriels de finir de mettre au point des substituts au bisphénol A, et aux scientifiques de démontrer leur innocuité », a souligné la rapporteure de la proposition, Michèle Delaunay (PS).
    Un an après l’interdiction des biberons contenant du bisphénol A par le Parlement, puis par l’Union européenne, cette proposition n’a suscité aucun vote négatif au sein de la commission, seulement des votes pour ou des abstentions, selon plusieurs parlementaires. Ce texte sera soumis aux députés dans l’Hémicycle le 6 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.