Rétro : comment Colin Powell a convaincu l’ONU d’accepter l’invasion de l’Irak

Imprimer cet article    Version PDF    Poster sur facebook    Tweeter la page    Ajouter à  MySpace    Ajouter sur del.icio.us    Digg this    

"La pensée PowerPoint" de Franck Frommer

Alors qu’aujourd’hui Franck Frommer pointe dans « La Pensée PowerPoint » les problèmes que posent le populaire logiciel de Microsoft, l’accusant de simplifier à l’extrême les problèmes et de servir d’anesthésiant intellectuel (« si la religion était l’opium du peuple, PowerPoint est celui du décideur« ), intéressons nous à l’un des chefs d’œuvre du genre : la présentation qui a permis de justifier l’attaque de l’Irak. C’était aux Nations Unis le 5 Février 2003, le secrétaire d’état Américain Colin Powell prenait le micro…

Colin Powell présentant un tube d'Anthrax à l'ONU en Février 2003

NB : L’ensemble des diapositives de la présentation peuvent être visualisés sur le site des archives de la Maison Blanche, ou téléchargés en PDF depuis notre site. L’ONU propose aussi un communiqué de presse résumant cette intervention. Enfin, on peut aussi lire l’article « Une présentation PowerPoint, un million de mort« .

La présentation faite par Colin Powell à l’ONU en Février 2003 s’intitulait « Failing to disarm » (NDLR : échec au désarmement) et se proposait de présenter les preuves que l’Irak de Sadam Hussein disposait et était en train de fabriquer des armes de destruction massive. C’est en utilisant la technique du « story telling » sous PowerPoint (littéralement « racontage d’histoire ») que Colin Powell va convaincre l’ONU de la nécessité d’une intervention militaire contre le régime de Sadam Hussein. Une technique désormais éculée, (et dénoncée dans son livre par Frommer) qui consiste à utiliser outrageusement les illustrations en martelant une assertion pour la faire passer pour vraie à son auditoire hypnotisé. L’exposé de Powell s’articulait en 7 étapes dont nous détaillons ici les principaux slides :

1 – Denial and deception (Déni et tromperie)

Failing to disarm, slide 4

Dans cette première partie, qui est la plus longue de l’exposé, Powell s’attache à démontrer que l’Irak trompe la communauté internationale.

Il fait écouter à son auditoire l’enregistrement d’une conversation en arabe, la traduction étant assurée sur les diapositive. Ces échanges sont sensés prouver que l’Irak cache délibérément des informations aux inspecteurs de l’ONU. Dommage qu’une preuve audio soit inutilisable (car trop facile à falsifier) dans les systèmes judiciaires de bon nombre de pays (y compris les USA).

Failing to disarm, slide 12

Failing to disarm, slide 12

Les diapositives suivantes sont des photos satellites annotées. A vrai dire on ne voit pas grand chose, mais les renseignements Américains sont là pour éclairer notre lanterne : bunker à munition par ci, entrepôt par là… Ce qui est impressionnant c’est que ces photos pourraient tout simplement être celle d’une ville standard avec aucune preuve à proprement parler.

 

2 – Biological weapons (Armes biologiques)

Failing to disarm, slide 20

Pour convaincre de la présence d’armes biologiques en Irak, Powell expose la technique des camions itinérants que les Irakiens sont sensés utiliser. Pour seul élément de preuve, une image de synthèse de ces fameux « camions d’armes biologiques ».

Des camions qui s’avéreront sur le terrain être des camions de logistique pour ballons-sondes météo !

L’intensité de l’exposé monte d’un cran quand Colin Powell présente à l’assemblée un tube d’Anthrax qu’utilisent les terroristes, provoquant un frisson dans les travées de l’ONU. Il s’agit une nouvelle fois d’un artifice de communication !

3 – Chemical weapons (Armes chimiques)

Failing to disarm, slide 25

Pour prouver la présence d’armes chimiques, les photos satellites sont à nouveau utilisées. Elles ne sont pourtant pas plus claires que les précédentes. Il pourrait s’agir de n’importe quelle usine.

Pour preuve, ces « véhicules de décontamination » que présentent les renseignements Américains sur la diapo ne seront en réalité que de vulgaires camions de chantier.

4 – Nuclear weapons (Armes nucléaires)

Failing to disarm, slide 31

Pour les armes nucléaires c’est un simple tube d’aluminium à peine plus grand qu’une descente d’eau de pluie qui est présenté comme étant un « tube à enrichissement d’uranium ».

Il faut tout de même avoir le sens de l’imagination ! C’est tout l’art du « story telling ».

Et toujours pas de preuve concrète à l’horizon.

 

5 – Delivery systems (Systèmes de livraisons)

Failure to disarm, slide 34

La partie suivante n’est pas plus détaillée. L’ONU a eu droit à une grosse campagne d’intox avec carte à l’appui sur la portée des nouveaux missiles Irakiens supposés.

L’idée est toujours de permettre à l’auditoire de se représenter l’objet de l’exposé. Ici la menace que représente l’Irak. Même s’il n’y a en réalité aucun élément nouveau justifiant d’une prise de décision précipitée.

6 – Terrorism (Terrorisme)

Failing to disarm, slide 39

Pour la section sur le terrorisme, Colin Powell montre à nouveau des photos annotées. Une usine à poison à telle endroit, une usine d’explosif à tel autre. Il s’agit d’amener l’audience à faire le lien entre l’Irak et Al-Qaïda, entre Sadam Hussein et Oussama Ben Laden. Un lien dont on sait aujourd’hui qu’il n’a jamais existé. Hussein appartenant aux militaires tendance laïque nationaliste et Ben Laden aux extrémistes religieux internationalistes.

Failing to disarm, slide 40

La diapositive suivante permet à l’auditoire de mettre des visages sur ces menaces avec l’organigramme de l’organisation terroriste.

 

 

 

 

7 – Human right violations (Violation des droits de l’Homme)

Enfin, l’exposé se termine par un indispensable discours moralisateur sur les droits de l’Homme. Powell y évoque le cas de la minorité Kurde, harcelée par le régime de Sadam Hussein. Une minorité dont Washington ne se souciait guère lorsqu’elle armait l’Irak contre l’Iran durant toutes les années 80…

C’est la conclusion qui permet de ménager la conscience de l’audience en martelant qu’une intervention permettrait de voler au secours des populations opprimées.

Voilà comment un exposé brillant, avec un bon support conçu par les meilleurs spécialistes en communication, peut véritablement faire passer des vessies pour des lanternes à toute l’élite mondiale. Cela ferait rire s’il en avait résulté une guerre catastrophique pour l’équilibre de la région la plus instable de la planète. Le monde payera malheureusement encore pendant des décennies les conséquences de ce qui s’est décidé lors de cette fameuse présentation du 5 Février 2003…

Ajout 13 Mars 2011: Lien vers le journal télévisé de France 2 au lendemain de l’intervention de Powell à l’ONU (images INA) disponible sur cette page.
Ce contenu a été publié dans Médias, Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Rétro : comment Colin Powell a convaincu l’ONU d’accepter l’invasion de l’Irak

  1. WillSmith dit :

    15YUbp Hi! I’m just wondering if i can get in touch with you, since you have amazing content, and i’m thinking of running a couple co- projects! email me pls

  2. PandoraVox dit :

    Pour compléter ce billet, voici juste un lien vers le journal télévisé de France 2 au lendemain de cette brillante démonstration (images INA) :
    http://www.ina.fr/politique/politique-internationale/video/2205136001007/discours-de-colin-powell-devant-l-onu.fr.html

  3. Ping : Claude Guéant part en croisade : arrêtez fauconneries ! | Pandora Vox

  4. Ping : Ben Laden, où ça?

  5. Ping : Le centième de Pandora Vox ! | Pandora Vox

  6. CIAgent dit :

    Pour le détail de la manipulation de l’agence de renseignement Américaine, ré-écoutez l’émission « Rendez-vous avec X » sur l’opération « Curveball »:

    http://www.franceinter.fr/emission-rendez-vous-avec-x-curveball-2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.