Côte d’Ivoire : et si Gbagbo avait vraiment gagné les élections ?

Imprimer cet article    Version PDF    Poster sur facebook    Tweeter la page    Ajouter à  MySpace    Ajouter sur del.icio.us    Digg this    

Depuis un mois, en France, on nous dit que Alassane Ouattara a remporté les élections en Côte d’Ivoire. Laurent Gbagbo n’est présenté que comme un mauvais perdant qui s’accroche au pouvoir dans la tradition des dictateurs Africains. Ouattara le gentil, Gbagbo le méchant. Comme si c’était aussi simple… arrêtons-nous cinq minutes et posons la question : et si Gbagbo avait vraiment gagné les élections ?

Une version officielle très manichéenne

Laurent Gbagbo en 2007 (Wikipedia)

Dans cette affaire les apparences sont vraiment contre Laurent Gbagbo. Au moment où la commission électorale indépendante (CEI) devait proclamer le résultat définitif des élections, ses partisans ont empêché physiquement le porte-parole d’annoncer les résultats. Ceux-ci n’ont alors été communiqués que quelques jours plus tard, soit en dehors des délais légaux. Ce délais non respecté est le prétexte derrière lequel le clan Gbagbo se réfugie pour dénoncer ces élections. Ils accusent aussi la CEI d’être un pantin des pressions internationales et la France et les Etats-Unis de s’immiscer dans la vie politique d’un état souverain (lire son entretien accordé au Monde).

Les médias Français, dans la droite ligne du quai d’Orsay, ont donc repris tous en cœur la version des faits présentant Gbagbo comme l’usurpateur. Il ne restait guère en France que les partisans de Gbagbo d’origine ivoirienne pour soutenir sa cause publiquement. Ces Ivoiriens qui continuent de soutenir le président sortant sont-ils réellement tous des extrémistes sans « culture de la démocratie » comme on veut bien le dire non sans condescendance ? Ou bien ont-ils de bonnes raisons de penser qu’on leur a volé leur élection ?

Quelques anciens amis de Gbagbo, du coté du PS, se sont un peu manifestés, mais de façon plutôt ambigüe. On a par exemple l’appel de Jack Lang sur France Inter « Mon cher Laurent… » ou le message d’Henri Emmanuelli dénonçant « des médias donneurs de leçons » et « une campagne de dénigrement contre les autorités Ivoiriennes« (JDD). Mais en dehors de ces quelques discrètes exceptions, personne ne s’est trop posé de questions sur une vision des choses qui reste somme toute très manichéenne.

Et puis vendredi dernier (le 31 décembre), un groupe de personnalité emmenées par l’avocat Jacques Vergès et l’ancien ministre des Affaires étrangères Roland Dumas prennent publiquement le parti de l’ancien président Ivoirien. Vergès annonce se rendre en Côte d’Ivoire auprès du conseil constitutionnel pour prendre connaissance des documents qui prouve l’élection de Gbagbo (Rue89). Il accuse aussi la France d’avoir « préparé une agression contre la Côte d’Ivoire« .

Alors c’est Vergès, et l’on connait toute l’ambiguïté de ce personnage qui a l’habitude d' »envoyer du lourd » quand il s’agit de dénoncer la politique né-coloniale de la France en Afrique ; mais avouons qu’il n’y aurait rien de nouveau à ce que la France ou les Etats-Unis s’impliquent dans un pays tiers pour asseoir le pouvoir d’une personnalité qui leur est favorable. Rappelons bien que le rôle du quai d’Orsay est bien de servir les intérêts de la France, pas ceux de la Côte d’Ivoire idem pour le Secretary of State d’Hillary Clinton… Soutenir la démocratie, certes, mais ne soyons pas naïfs non plus ! Rappelons la phrase attribuée à Henry Kissinger à propos du dictateur Indonésien Suharto auteur d’un génocide au Timor oriental dans les années 70 : « c’est peut être un fils de pute, mais c’est notre fils de pute« . La politique étrangère c’est du machiavélisme pur, et au sens propre du mot. Alors à qui faire confiance ? A l’ONU ? C’est à peine mieux… C’est normalement un rôle dévolus aux ONG par définition indépendantes des gouvernements. A-t-on entendu une ONG se prononcer sur la crise Ivoirienne ? Pas à notre connaissance en tous cas.

Comme un doux parfum de Françafrique

Intéressons nous un petit peu au profil d’Alassane Ouattara, qui reste moins connu en France que son rival. Sur Wikipedia voici ce qu’on trouve dans le chapitre ‘Famille’ :

« En 1990, Alassane Ouattara et Dominique Novion se marient. Le mariage est célébré à Neuilly-sur-Seine par le maire Nicolas Sarkozy. Mme Novion est une femme d’affaires qui gère les propriétés immobilières du président ivoirien Félix Houphouët-Boigny et de son collègue gabonais Omar Bongo. Le couple a deux enfants. En 2000, Dominique Ouattara fait partie des 40 femmes d’affaires les plus importantes au monde. » (Source Wikipedia, cet article de l’encyclopédie ayant été écrit sur la base d’un article du journal Belge Le Soir dédié aux épouses de Gbagbo et Ouattara).

Les époux Ouattara

Lorsque l’on sait aussi que Wikileaks a révélé dernièrement qu’Omar Bongo a financé les campagnes électorales de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy (Rue89), on se dit qu’il y a forcément anguille sous roche. La gestionnaire de son patrimoine immobilier pouvait-elle l’ignorer ? Dans tous les cas, il n’est donc peut être pas si étonnant que le gouvernement Sarkozy soutienne Ouattara. Pouvait-il seulement en être autrement ?

L’épouse de Ouattara semble jouer un rôle important dans l’histoire, d’une part en gérant la fortune immobilière de Bongo, pilier de la Françafrique, et d’autre part en s’occupant aussi les biens d’Houphouët-Boigny (ancien président de Côte d’Ivoire dont Gbagbo a été l’opposant historique), qui a lancé la carrière politique de son mari en le nommant premier ministre… Dans le biotope des relations Franco-Africaine, le monde est tout de même très petit ! Dans celui du financement occulte des partis politiques aussi…

C’est sûr qu’au moment où il fallut choisir entre Ouattara et un Gbagbo gênant car de plus en plus anti-Français, le gouvernement Sarkozy n’a pas eu à hésiter longtemps. Quant aux Américains, systématiquement exclus des marchés de Côte d’Ivoire par le gouvernement Gbagbo ils ont eu le même raisonnement.

Ces considérations géopolitiques, ne font bien sûr pas de Gbagbo le gagnant des élections, mais cet article avait juste pour but de mettre en lumière une certaine « désinformation » qui règne en France sur le sujet ou pour le moins une information à sens unique. Ce qui est sûr, comme dirait Anne Roumanoff, c’est qu' »on ne nous dit pas tout« , après, Pandora Vox se gardera bien de se prononcer sur le vainqueur réel de ces élections. Il serait juste de temps pour les grandes puissances d’arrêter de prendre l’Afrique comme un terrain de jeu international. Car ce sont des Africains qui en souffrent au quotidien, et qu’à jouer avec le feu, la perceptive d’une solution pacifique en Côte d’Ivoire s’éloigne malheureusement maintenant de jour en jour.

Ce contenu a été publié dans Monde, Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

38 réponses à Côte d’Ivoire : et si Gbagbo avait vraiment gagné les élections ?

  1. isidore dit :

    C’est marrant que parmi les amis de Gbagbo au PS il y ait Roland Dumas et Henri Emmanuelli…
    Le premier a été ministre des affaires étrangères pendant presque 10 ans sous Mitterrand, le second trésorier du PS à la même époque.
    De là à soupçonner un financement du parti « à la Bongo » il n’y a qu’un pas…

    • philippe dit :

      la vérité, sur la somme demandée par sarkosy pour les otages malbruno et autres services démandés par le ou les deux présidents et qui n’ont pas respecté leurs engagements quand gbagbo à appellé la france. Ils ne sont pas venus parce qu’ils avaient fait de la rebellion une affaire d’état. Tout va sortir comme secret, il ne pouvait pas parler étant au nord, maintenant vous verrez comment l’argent des français va chez des copains, pour faire la rebellion, de toutes les façons, on en tire pas tellement de profit, puisque ça passe par des bras de copains. Tout cela n’est pas sérieux. De source gbagbo avait donner des millions pour les otages français malbruno, et la democratie, pour pillier voler violer et se barrer . Je veux faire des profits, mais pas sur le sang des pauvres etres humains. Il faut un échange, et comme ça, tout le monde y gagne ! vraiment j’ai honte. A visage découvert . Et si on avait un président noir, alors je saurais qu’il y a une democratie.

  2. isidore dit :

    Si Jean-Marie Le Guen autre ami de Gbagbo et strauss kahnien, est nommé ministre des affaires étrangères par un DSK élu à la présidence en 2012, faudra surveiller l’affaire de près.

  3. dOd71 dit :

    Ce serait quand même dingue que le financement de la campagne électorale Française de 2012 se joue en ce moment en Cote d’Ivoire 🙂
    D’un coté Ouattara aidant l’UMP façon Bongo et de l’autre un Gbagbo proche des grands argentiers du PS…

    C’est peut être une partie de l’avenir de la France qui se joue en Afrique en ce moment ! En même temps pour une fois que c’est dans ce sens là.

  4. juju dit :

    L’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS/prpe) a publié un communiqué sans concession sur sur ce qu’ils appellent un « hold-up impérialiste » au profit d’Alassane Ouattara :

    http://www.lepost.fr/article/2010/12/26/2351846_cote-d-ivoire-gbagbo-a-vraiment-gagne-les-elections-actus-prpe.html

    Quelques extraits de ce long manifeste :

    « Parmi ces actes d’insoumission, celui qui déclencha la guerre de la Françafrique contre le président légitime Laurent Gbagbo, fut l’ouverture du pays à la Chine populaire. En effet, la tentative échouée du coup d’état de septembre 2002, fomentée par les putschistes des Forces Nouvelles (FN) de Guillaume Soro, a eu lieu au lendemain de la décision du Gouvernement de l’insoumis président Laurent Gbagbo, de remettre en cause les énormes intérêts économiques français en Côte d’Ivoire dont particulièrement ceux du groupe Bolloré, un ami du président Sarkozy.  »

    « La décision du gouvernement de Laurent Gbagbo de lancer les appels d’offres concurrentiels pour que le meilleur gagne mais aussi en défendant en partie les intérêts de la République de Côte d’Ivoire, est un crime de lèse majesté pour l’impérialisme français. »

    « La Russie a déclaré « l’Onu outrepasse sa mission en se substituant à la décision du Conseil constitutionnel ivoirien désignant Laurent Gbagbo présidant… ». »

    « Monsieur Alassane Dramane Ouattara fut un ancien Vice président du FMI. Cette institution internationale est dominée par l’impérialisme capitaliste. Elle est à l’origine des mesures anti-sociales et criminelles, imposées aux peuples africains sous le vocable de programme d’ajustement structurel (PAS). »

    « Monsieur Alassane Ouattara, fut l’artisan des privatisations des entreprises nationales lorsqu’il était premier ministre du Président Houphouët Boigny. Ce bradage de l’économie nationale aux capitalistes occidentaux, mérite une récompense de la part des bénéficiaires. »

    « Avec délectation et partialité ahurissante, une certaine presse française a relayé en boucle ce mensonge qu’elle voudrait transformer en vérité et force de loi à l’opinion ivoirienne et internationale. »

    « Après annulation des votes frauduleux des sept départements du Nord, le président du Conseil constitutionnel proclame dans la foulée la réélection à la présidence de la république de Côte d’Ivoire du Candidat Laurent Gbagbo avec 51,45% des suffrages, contre 48,55% à son rival ADO, le 3 décembre 2010. »

    « La France a mis en alerte maximale ses réseaux afin de constituer un front international anti-Gbagbo.  »

    « Le peuple français accepterait-il que les USA, l’Allemagne et l’ONU, s’immiscent dans les affaires intérieures françaises en invalidant les décisions de leur Conseil constitutionnel ?
    Le président Sarkozy aurait-il oublié que le Conseil constitutionnel ivoirien à l’instar de celui de la France est la plus haute juridiction du pays ? »

    « […]le Chef des experts électoraux africains, Monsieur Jean-Marie Ngondjiban Gangté a livré à la presse ivoirienne et internationale les conclusions de sa mission qui sont sans appel. C’est ainsi que nous avons appris que les élections ne répondaient pas aux normes des critères généralement admis pour les élections libres, transparentes et équitables. Des irrégularités majeures ont été relevées dans les villes de Korogo, Bouaké, Ségala, Tortia, Karango. Ce sont les vols des urnes, les refus du camp ADO d’accepter la présence des observateurs de la majorité présidentielle lors des dépouillements des urnes… »

    « « L’ONU a été incapable de respecter ses engagements et d’assurer le désarmement des forces de la rébellion au nord. L’élection a eu lieu sous le contrôle des forces armées de la rébellion. Ce sont des seigneurs de la guerre, qui détournent les taxes et les impôts à leur profit, qui ont pris le contrôle du diamant et de différents minerais et contrôlent une partie du commerce du cacao. Cette rébellion au nord est une organisation politique, économique et militaire et elle est restée en place alors que différentes résolutions de l’ONU et différents accords internationaux prévoyaient que l’élection ne pourrait pas avoir lieu tant que le désarmement ne serait pas effectif » (M. Philippe Evanno, chercheur à la Sorbonne) »

    « Le Président Laurent Gbagbo a toléré l’existence d’une Commission Electorale Indépendante (CEI) dont la composition n’est guère en sa faveur. En effet, sur les 32 membres, 27 appartiennent aux partis de l’opposition et notamment au Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), un conglomérat insipide de partis caractérisés par une alliance contre nature mais qui soutient le candidat Ouattara. Les 5 autres membres appartiennent à la majorité présidentielle de Laurent Gbagbo. De plus, sur les 4 Vices-présidents de cette institution, un seul appartient à la majorité présidentielle. Enfin, il conviendrait aussi de souligner que la CEI, appendice du RDR du Candidat Ouattara, a pour président Youssouf Bagayoko, un autre élément du RHDP et proche de Ouattara. »

    « En 92 Le président Félix Houphouët Boigny a ordonné au premier ministre Ouattara de signer le décret de son arrestation. »

    « La croisade internationale dirigée par la France contre le président légal et légitime de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, vise à le mettre au banc de la communauté internationale. Le soutien des puissances impérialistes au gouvernement illégal et illégitime de Ouattara dans le même pays risquerait de déclencher un second génocide. En effet, à l’instar du Rwanda où la France dispose d’environ d’environ 1000 militaires et une base dans le pays, les ingrédients d’une telle explosion serait grande. »

    « La notion de « Communauté internationale » sous-entend en réalité « La dictature des puissances occidentales sur le reste du monde et en particulier sur les pays d’Afrique ». »

    « L’Elysée n’a jamais mis en cause ces pseudos-élections présidentielles au Tchad. »

    « La mobilisation générale du camp impérialiste par le président Sarkozy contre le président Laurent Gbagbo en faveur du valet Ouattara, procède de la même logique : celle d’écarter les candidats qui risqueraient de porter préjudices ou qui ne garantiraient pas suffisamment ses intérêts. »

  5. PandoraVox dit :

    Dans l’interview de Philippe Evanno (chercheur à la Sorbonne) on apprend des éléments importants (Extraits de : Les intérêts économiques français menacés en Côte d’Ivoire : les explications de Philippe Evanno) :

    « En réalité, «cette crise a eu pour mérite de manifester au grand jour le fait que les organisations africaines étaient sous contrôle américain. Aujourd’hui, c’est la place et la domination des États-Unis sur le continent africain qui sont en jeu. »

    « […] pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il adopté la position américaine ? Réponse de l’expert : «Je crois que c’est tout simplement la sienne. Nous avons, pour la première fois sous la Vème République, un président de la République qui est totalement acquis aux objectifs américains et cela revient à faire de la France un pays supplétif des États-Unis, notamment en Afrique.  »

    « […] depuis la dernière réunion du G20 en Corée du Sud, on se rend compte que l’on assiste à l’émergence d’une deuxième superpuissance et à une nouvelle forme de confrontation où la Chine et ses alliés, notamment la Russie, ce qui est aussi une nouveauté, cherchent à prendre pied sur le continent africain». »

    « N’oublions pas que le coup d’Etat de décembre 1999 pouvait être enrayé en appliquant simplement les accords de défense avec la Côte d’Ivoire. Il suffisait de faire sortir une patrouille du 43e BIMA, basé à Port-Bouët […]
    Jacques Chirac n’a pas eu le courage d’appliquer les accords de défense et cette seule absence de décision a détruit la totalité de la présence française en Afrique. À partir de cet instant, tous les chefs d’état africains disposant d’accords de défense avec la France ont su que la parole de la France ne valait plus rien […] »

    « Après le coup d’état de 1999, les autorités françaises, avec Alassane Ouattara, ont organisé le partage du pays en deux
    C’est Dominique de Villepin qui est à l’origine de cette partition. En pleine paix, on a coupé un pays en deux pour des intérêts assez difficiles à expliquer. On a imposé à la Côte d’Ivoire une succession d’accords internationaux qui ont cherché à limiter sa souveraineté, notamment une commission électorale dite indépendante, qui est constituée quasi exclusivement d’opposants au pouvoir en place». »

    « […] cette commission indépendante ne l’était pas réellement, puisque composée essentiellement d’adversaires à Laurent Gbagbo. Mais cela ne veut pas dire que cette commission n’ait pas fait un très gros travail. L’ONU a été incapable de respecter ses engagements et d’assurer le désarmement des forces de la rébellion au nord. L’élection a eu lieu sous le contrôle des forces armées de la rébellion […]  »

    « […] on a organisé des élections «dans un pays dont une partie du territoire était aux mains de milices armées »

  6. juju dit :

    Jean-François Probst : « Je crois que Gbagbo est plus proche de Mandela que de Mugabe.»
    Jean-François Probst, l’ancien bras droit de Jacques Chirac, est un éminent spécialiste de l’Afrique.
    http://www.kernews.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=288:jean-francois-probst-l-je-crois-que-gbagbo-est-plus-proche-de-mandela-que-de-mugaber&catid=40:politique-et-economie&Itemid=59

  7. Greg dit :

    Quand la France a armé les rebelles de Ouattara et Soro qui ont fomenté le coup d’état de 2001, je ne souviens pas trop avoir entendu parlé de défense de la démocratie et du pouvoir en place (Gbagbo)… La France n’a pas bougé le petit doigt, en dépit des accords de défense…

    Si génocide en Cote d’Ivoire il y a, la France aura du sang sur les main (comme au Rwanda)

  8. Greg dit :

    La Croix cite « un Abidjanais » :
    http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2450717&rubId=4077
    Un Abidjanais témoigne : « Orange, Bouygues, Bolloré et récemment Total ont remporté des contrats fructueux sous sa présidence. Ces sociétés auraient, sans doute, étaient trés contentes de la victoire de Laurent Gbagbo. Mais, cela n’a pas été le cas. »

    = > Les intérêts économiques Français ne sont peut être aps aussi maqué avec Ouattara que cela

  9. dOd71 dit :

    Je ne sais pas qui est cet Abidjanais, mais c’est vraiment pas dit.
    Ouattara lorsqu’il était ministre de l’économie puis premier ministre de Houphouet Boigny a réalisé toutes les privatisations qui ont échoué dans l’escarcelle des grands groupes Français (Bolloré pour le port, Vinci, Total etc…) sous la bénédiction du FMI. D’ailleurs Ouattara a intgéré ensuite le FMI.
    Au contraire Gbagbo a ouvert les marchés aux Chinois (crime de lèse majesté pour la France). Bref si la « bande du Fouquet’s » devait choisir un candidat, Ouattara dont l
    l’épouse est en plus très influente était celui tout désigné pour la prospérité des intérêts Français au pays.

  10. juju dit :

    Quel est le point commun entre Al Gore et Laurent Gbagbo ?

  11. MadMax dit :

    Lol pour l’allusion à Al Gore
    Ce sont les mêmes faucons qui nous disaient qu’il y avait des armes de destructions massives en Irak, sauf que là ils sont aussi Français… Villepin revient !

  12. juju dit :

    http://www.france-info.com/chroniques-les-invites-de-france-info-2011-01-05-cote-d-ivoire-roland-dumas-et-me-verges-racontent-en-exclusivite-sur-506826-81-188.html

    « Il faut recompter les voix ». Sur France Info, Roland Dumas présente sa solution pour sortir de la Côte d’Ivoire de la crise où l’élection présidentielle l’a plongée. « C’est un conflit électoral, il faut régler ça selon les règles : recompter les voix. Or, c’est Ouattara qui le refuse » affirme l’ancien ministre.
    Toutefois, Roland Dumas estime que Laurent Gbagbo est le président légitime de la Côte d’Ivoire : « il est dit dans la loi ivoirienne que c’est le conseil constitutionnel qui proclame l’élection », or le conseil constitutionnel a déclaré Laurent Gbagbo vainqueur au détriment d’Alassane Ouattara.
    A Michèle Alliot-Marie qui juge « pitoyable » le choix Roland Dumas de plaider la cause de Laurent Gbagbo, l’ancien ministre répond : « l’Histoire jugera ».
    De son côté, Jacques Vergès raconte être allé à la rencontre des Français qui vivent en Côte d’Ivoire. « Ils font un travail utile, ils sont traités correctement, et Michèle Alliot-Marie leur a demandé de quitter le pays. C’est une provocation ! Nous, on leur a dit : restez ».
    Quant aux violences commises dans le pays depuis l’élection, « c’est exagéré ». « Nous, on a vu une ville paisible, où les gens travaillent, où les commerces sont ouverts. Il ne faut pas exagérer ».
    Les deux hommes assurent par ailleurs n’avoir reçu aucun honoraire pour cette mission ivoirienne.

  13. PandoraVox dit :

    Dumas et Vergès étaient invités sur le plateau de « C à vous » sur France 5 ce soir :
    http://www.pluzz.fr/c-a-vous.html

    Il en ressort pas grand chose, si ce n’est 2 points :
    – Ils ont des preuves de malversations dans les régions du Nord (très favorables à Ouattara)
    – Gbagbo a proposé de recompter ensemble les voix, mais Ouattara a refusé

    A noter aussi la réponse de Vergès à Alliot-Marie qui se moquait de son âge :
     » – Est-ce que je lui parle de sa ménopause ? »

  14. isidore dit :

    Une petite idée de ce que fait notre glorieux ministre des affaires étrangères – grand défenseur de la démocratie et donneur de leçon devant l’éternelle – en Tunisie (par exemple) :
    http://www.rue89.com/2011/01/12/lindecence-au-pouvoir-mam-offre-une-aide-securitaire-a-tunis-185251

    « Nous proposons que le savoir-faire qui est reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type.
    C’est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays [Algérie et Tunisie, ndlr], dans le cadre de nos coopérations, d’agir en ce sens pour que le droit de manifester puisse se faire en même temps que l’assurance de la sécurité.
    »

  15. isidore dit :

    « Ainsi donc, tout ce que la France trouve à dire à propos de la tuerie qui se déroule depuis plusieurs jours en Tunisie face au mouvement de la jeunesse, c’est que techniquement, c’est pas parfait et que notre « savoir-faire » est à sa disposition. »

  16. isidore dit :

    F. Mitterand à propos de la Tunisie :
    « Il y a une opposition politique mais qui ne s’exprime pas comme elle pourrait le faire en Europe. Mais dire que la Tunisie est une dictature univoque, comme on le fait si souvent, me semble tout à fait exagéré. »

  17. juju dit :

    La tactique de Ouattara serait l’assèchement des resources financières du clan Gbagbo. Seulement, ayant procédé à des vagues de nationalisation, il aurait des ressources jusqu’en Mars. Cela va faire long… :
    http://www.rue89.com/2011/01/30/les-ressources-de-gbagbo-en-voie-dassechement-187891

  18. PandoraVox dit :

    Concernant la Tunisie nous lui avons dédié un article la semaine dernière :
    http://www.pandoravox.com/politique/tunisie-alliot-marie-na-pas-fini-de-regretter-ses-propos.html

  19. juju dit :

    Pour lutter contre l’assèchement financier Gbagbo mise sur la nationalisation des banques étrangères (le 18/02/2011) :
    « Le président sortant de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, a décrété jeudi la nationalisation des grandes banques ayant suspendu leurs activités dans le pays en raison de la crise politique. »
    http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/laurent-gbagbo-veut-nationaliser-des-banques-etrangeres_963822.html

  20. juju dit :

    Sur les liens entre Gbagbo et le groupe Bolloré :
    http://www.afrik.com/article21129.html

  21. umpkilla dit :

    Sur le financement de la campagne de Sarko ce n’est peut-être pas fini !

    « Le régime libyen a affirmé jeudi 10 mars, via son agence officielle, que la révélation d’un « grave secret » allait entraîner la chute du président français Nicolas Sarkozy, peu après la reconnaissance par Paris du Conseil national de transition comme représentant du peuple libyen. L’agence officielle libyenne Jana a annoncé avoir « appris qu’un grave secret va entraîner la chute de Sarkozy, voire son jugement en lien avec le financement de sa campagne électorale ». »
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/03/10/tripoli-hausse-le-ton-contre-paris_1491305_3212.html#ens_id=1481986

  22. Ping : Tunisie ou Egypte : ils sont dictateurs et tour-operateurs ! | Pandora Vox

  23. isidore dit :

    Dans le quartier d’Abobo les combats commencent à s’envenimer…
    Un pas vers la guerre civile est franchie…
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/03/14/les-habitants-fuient-les-combats-a-abobo_1492588_3212.html#ens_id=1476585

  24. Greg dit :

    Ouattara a lancé l’offensive finale sur Abidjan.
    Gbagbo devrait tomber dans le sjours (sinon les heures) qui viennent.
    Ca aura été long mais la communauté internationale aura réussi à faire entendre raison à ce pays retord.
    Pas sur en revanche que la Côte d’Ivoire en sorte stabilisée…
    Après la guerre civile de 2002 et de 2004, celle de 2011…

  25. juju dit :

    http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/cote-d-ivoire-en-direct-nouveaux-combats-a-abidjan-massacres-dans-l-ouest-02-04-2011-1255562.php
    20 h 20. Paris demande l’arrêt des violences à l’encontre des civils
    => C’est bien beau de jouer maintenant les vierges effarouchées…
    Pour le reste les massacres sont annoncés les uns après les autres :
    17 h 30. Plus de 800 exécutions à Duékoué depuis novembre
    15 h 52. 100 personnes tuées par des mercenaires pro-Gbagbo à Duékoué
    15 h 48. 330 personnes tuées, « la plupart » par les forces pro-Ouattara dans l’Ouest du pays
    10 h. Les pro-Ouattara auraient découvert de « nombreux charniers »
    9 h. 800 personnes auraient été tuées le 29 mars, selon le CICR

    => Qui osera encore dire que la communauté internationale n’a pas de sang sur les mains ? A souffler sur les braises et à jouer avec le feu…

  26. dOd71 dit :

    Ca y est la France entre en guerre en Côte d’Ivoire. sauf que contrairement à la Libye sont intervention est cette fois bien moins légitime.
    http://www.rue89.com/2011/04/05/la-france-plonge-dans-la-bataille-dabidjan-contre-gbagbo-198577
    « Une action placée sous le signe de la légalité internationale, mais est-elle pour autant légitime ? »
    « La décision d’engager les forces françaises, en particulier des hélicoptères de combat qui sont entrés en action dans la soirée, a été prise par Nicolas Sarkozy à l’Elysée, après intervention « urgente » du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, la veille.
    Les hélicoptères ont visé plusieurs cibles dans la métropole ivoirienne, dont la résidence de Laurent Gbagbo dans le quartier de Cocody, le palais présidentiel, situé dans le quartier du Plateau, le camp militaire d’Agban, à Adjamé. L’armée française a également tiré des missiles sur un dépôt de munitions. La résidence de Laurent Gbagbo serait tombée entre les mains des partisans d’Alassane Ouattara.
    « 

  27. Pamir dit :

    Au dernières nouvelles Gbagbo négocie activement sa reddition. Un porte parole de l’ONU s’est même emballé en annonçant qu’un accord avait été trouvé.

  28. dOd71 dit :

    Comme cela a été dit sur le plateau de « C dans l’air » aujourd’hui (sans que cela n’offusque personne d’ailleurs). Une manifestation pro Gbagbo a été interdite en France et les manifestants interpellés. On pourra trouver tous les prétextes que l’on veut c’est grave, et cela montre que la France n’est pas tranquille dans cette histoire :
    http://www.rtl.fr/actualites/international/article/une-manifestation-pro-gbagbo-a-degenere-a-paris-7674540567/commentaires
    « Quelques dizaines de partisans de Laurent Gbagbo ont manifesté lundi soir à Paris contre l’intervention de soldats français à Abidjan contre des objectifs de l’armée fidèle au président ivoirien sortant. Pancartes et drapeaux à la main, ils ont hurlé leur colère au pied de l’Arc de Triomphe. Les esprits se sont très vite échauffés. Les slogans anti-français ont rapidement fusé. Une quarantaine de personnes ont été interpellées sur les Champs-Elysées après avoir brisé les vitres de cars de police et quelques vitrines de magasins.« 

  29. juju dit :

    Et ça continue…
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/04/08/washington-et-l-onu-denoncent-les-attaques-contre-les-casques-bleus_1504639_3212.html#ens_id=1476585
    « Alors que des interrogations demeurent sur l’ampleur du massacre de Duékoué perpétré lors de l’offensive des forces pro-Ouattara, des enquêteurs de l’ONU ont découvert plus de cent corps ces dernières vingt-quatre heures dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, a annoncé, vendredi 8 avril, le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, pour qui il pourrait s’agir de victimes de violences ethniques.« 

  30. Pamir dit :

    « C’est l’armée française qui nous attaque » (Le porte-parole de Laurent Gbagbo)
    http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/%C2%AB-cest-larmee-francaise-qui-nous-attaque-%C2%BB

    • sebi dit :

      Je ne sais pas si vous avez vu les images de la capture, mais on le voyait en marcel et en sueur… Le genre d’humiliation dont la Côte d’Ivoire se serait bien passée dans l’optique de la réconciliation.
      Il ne faut pas oublier de 46% (au moins) des gens ont voté pour lui, ces électeurs n’ont pas disparu avec sa capture. Le pays va être ingouvernable et cette histoire est loin d’être finie, je vous le dit, surtout si les vainqueurs la jouent comme ça.

      • Greg dit :

        Voilà à quoi ressemble l’ambiance d’une fin de règne :
        http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/04/12/gbagbo-capture-a-l-hotel-du-golf-recit-d-une-journee-de-haine_1506265_3212.html#ens_id=1476585
        «  Dans le hall de l’Hôtel du Golf, la nouvelle éclate comme une grenade. A la porte du quartier général d’Alassane Ouattara, qui est aussi sa présidence temporaire, voici que survient, sans crier gare, Laurent Gbagbo. L’homme qui mène depuis le jeudi 7 avril un combat féroce pour le contrôle d’Abidjan face aux forces d’Alassane Ouattara, bunkérisé dans la résidence des chefs d’Etat de Côte d’Ivoire en essayant de déclencher le chaos total. Que diable fait-il au milieu de cette foule de soldats qui hurlent ? Il vient d’être capturé.

        Pris ce matin, lundi 11 avril, par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) et amené à l’Hôtel du Golf où Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de l’élection présidentielle de novembre 2010 par la communauté internationale, vit confiné depuis quatre mois, sous protection de l’ONU.

        Les militaires et militants pro-Ouattara qui se trouvent là se referment comme une mer de colère sur l’ennemi vaincu, qui n’en mène pas large. Suppliant qu’on l’épargne, il doit être poussé jusqu’au bar Le Flamboyant, l’asile le plus proche dans le hall, puis entraîné in extremis jusqu’à l’aile protégée d’Alassane Ouattara dont les partisans, fous de rage, se jettent sur la porte.

        Deux hommes se disaient présidents dans la même ville, le même pays. Désormais il n’en reste qu’un, et son rival lui doit la vie. Alassane Ouattara avait exigé de ses troupes qu’elles épargnent Laurent Gbagbo et son entourage, préférant la perspective de la justice à une victoire tachée de ce sang-là.

        D’autres prisonniers arrivent derrière, déchargés des pick-up par les combattants d’Alassane Ouattara. Combien sont-ils ? Au moins soixante. On ne les compte plus. Il y a les petits-enfants de Laurent Gbagbo, sa vieille mère. On les traite avec ménagement. Au comptoir en fer à cheval du Flamboyant, ils révèlent qu’ils meurent de faim. Il n’y avait plus rien à manger dans la résidence où Laurent Gbagbo et son entourage devaient lutter jusqu’à l’apocalypse promise par leurs prédicateurs, dont l’un est amené avec eux.

        CHEMIN DE CROIX

        La foule du Golf, qui a instantanément grossi à mesure qu’arrivent de nouveaux combattants et militants, reconnaît les durs du camp Gbagbo, ceux qui ont hurlé à la violence, ceux qui incarnent les crimes du régime. Une femme, dont le frère a été brûlé vif sur un barrage de patriotes pro-Gbagbo, se déchausse de son escarpin et essaye d’en frapper la créature méconnaissable qui passe à sa portée.

        Il s’agit de Simone Gbagbo. L’épouse du président sortant, ultra du régime qui vient de tomber. Des mains furieuses ont mis ses habits en lambeaux. Ont fini d’arracher ses tresses par pleines mèches de cheveux. Un soldat exhibe un morceau de sa chemise, d’une étoffe mauve bon marché, « made in Thaïland ». Déjà, des hommes tentent de lui racheter cette prise pour en faire des « protections » magiques. Les ennemis les plus irréductibles du couple Gbagbo continuent de toute évidence à leur accorder d’étranges pouvoirs, même dans la déchéance.

        D’autres captifs descendent des pick-up. Qu’il est long, pour certains d’entre eux, le chemin de croix depuis le parking, tandis que pleuvent les gifles et les coups avant d’arriver au Flamboyant. Dans la foule, certains penchent pour le lynchage, d’autres font rempart de leur corps. On peine à reconnaître les visages dont certains sont déjà tuméfiés.

        Est-ce Désiré Tagro, le proche de Laurent Gbagbo, ex-ministre de l’intérieur et éphémère secrétaire général d’une présidence désormais disparue, dont la mâchoire pend ? L’a-t-on, comme l’affirment certains, blessé à coups de crosse ? Déjà, un autre membre de l’entourage est frappé dans le hall de l’Hôtel du Golf, laissant sur le mur une longue trace pourpre. Charles Blé Goudé est signalé. Ce n’est pas lui, pourtant, qui entre. Le chef des patriotes serait en train de tenter d’organiser la résistance des patriotes à Dabou, une ville des environs d’Abidjan.

        Mais voici « Légionnaire », Michel, le fils que Laurent Gbagbo a eu avec sa première femme française, et il croit venue sa dernière heure lorsque des soldats parviennent à le tirer vers les jardins du Golf. Il a dans les yeux la terrible supplique des hommes qu’une foule s’apprête à supplicier. Il est torse nu. Il saigne. On le cogne contre la vitre d’une salle de conférences dans laquelle, quelques instants plus tôt, étaient projetées les images terribles d’un homme sur le point d’être, lui aussi, supplicié.

        Un supposé « étranger », arrêté à un barrage de « patriotes », les partisans de son père. Sur les images, filmées par téléphone portable, la victime est à terre, couverte de branches, avant d’être brûlée vive. Voilà la signature de la fin de l’ère Gbagbo. Michel ne connaîtra pas ce sort. On l’escorte à présent avec les autres, il est sauvé.

        GIFLES ET COUPS DE PIED

        Le soir, dans leur chambre, Laurent et Simone reprennent leurs esprits. Simone prie, refuse le dîner, va se coucher. L’ex-chef d’Etat déchu feint-il de faire bonne figure, ou est-il sous le choc ? Il demande des nouvelles de sa mère à un responsable de l’autre camp, et finit par clamer: « Je viens de loin, j’ai faim ! » Il va falloir livrer 100 repas de plus aux captifs dans un Hôtel du Golf déjà à la limite de ses stocks. Certains responsables pro-Ouattara devront donc se passer de repas, sur ordre du nouveau chef de l’Etat.

        Alassane Ouattara veut que la Côte d’Ivoire change d’ère. Il a ordonné aux chefs militaires, y compris ceux aux mains les plus sales, d’épargner le clan Gbagbo au moment de la capture. Les gifles et les coups de pied ne sont que la menue monnaie de ces gigantesques comptes à régler. C’est le commandant Wattao qui, dans la présidence tout juste investie, passera un gilet pare-balles à Laurent Gbagbo qu’on emmène pour lui éviter une balle perdue sur la route de l’Hôtel du Golf.

        En fin de matinée, lundi, Laurent Gbagbo et les siens avaient tenté une sortie de la résidence, en feu depuis le tir d’un missile français, la veille au soir. Cela n’a pas suffi, car au premier assaut, les tirs des dernières armes lourdes depuis le bâtiment couvert de marbre ont mis les assaillants pro-Ouattara en fuite. « Malgré les tirs , ils n’y arrivaient pas. On a dû ouvrir une brèche dans le mur [de la présidence, d’un coup de canon] pour qu’ils puissent entrer », rapporte un soldat français présent sur place.

        Quelques heures plus tard, à l’intérieur de la résidence, au milieu des hommes qui cherchent à défoncer la porte d’un coffre à coups de crosse, déclenchant un tir inopiné de kalachnikov, Diarassouba Ibrahima, l’un de ceux qui ont arrêté Laurent Gbagbo, « remercie beaucoup la France pour tout ce qui s’est passé. Parce que sans les conseils de la France, on n’aurait pas pu l’avoir. Les Français nous ont donné beaucoup de conseils ! » Enfumé, Laurent Gbagbo a tenté de s’enfuir à bord d’une vedette sur la lagune. En a-t-il été dissuadé par un hélicoptère français en survol ? En tout cas, il a été saisi.

        LE PILLAGE, UNE VASTE COMPÉTITION

        Une heure plus tard, la partie centrale du bâtiment fume encore. La bibliothèque avec sa collection des classiques grecs et latins, où Laurent Gbagbo aimait donner ses interviews, finit de se consumer. Dans la salle de sport, des soldats boivent du dom pérignon dans des coupes en cristal, puis au goulot, pour faire plus vite. Le pillage est une vaste compétition, et l’entrée dans la résidence a été dure. Personne ne trouve l’entrée du fameux bunker d’où Laurent Gbagbo ne devait jamais sortir vivant. Peut-être était-ce une illusion de plus ? L’idée se perd dans le bruit des canalisations brisées, des coups pour mettre les placards en miettes.

        Les baies vitrées de la présidence sont trouées de balles. Des petits soldats frappent le socle des statues de Félix Houphouët-Boigny, à la recherche de trésors cachés. D’autres démarrent aux fils les voitures du cortège présidentiel qui n’ont pas été carbonisées la veille. « Ils sont incontrôlables. Ouattara va avoir du boulot pour les gérer », commente un militaire français en regardant ces hommes sortant de pleines valises bourrées.

        Un étage plus bas, un groupe de neuf hommes est tapi dans l’ombre, serrant des armes. Ils seront vite convaincus de les abandonner, et de se rendre. Promptement déshabillés, ils sortent en se tenant par l’arrière du slip, les yeux rivés au sol. « Des miliciens », hurle un soldat. « Les cuisiniers », chuchote un autre en contemplant les bedaines de ces hommes mûrs.

        La défaite n’est jamais belle. La victoire d’Alassane Ouattara a, d’extrême justesse, évité d’être tout à fait laide.« 

  31. dOd71 dit :

    Sarkozy Gbagbo, je t’aime moi non plus :
    http://www.rue89.com/2011/04/12/cote-divoire-comment-gbagbo-a-joue-avec-les-nerfs-de-sarkozy-199653
    « Des câbles WikiLeaks révélés par Rue89 racontent les hésitations de la France face à Gbagbo et son soutien discret à Ouattara.« 

  32. PandoraVox dit :

    Ouattara a été officiellement investi président hier à Yamoussoukro. Il n’a pas manqué de remercier tout particulièrement la France et Nicolas Sarkozy :
    « Actuellement très vulnérable, le nouveau pouvoir ivoirien compte sur le soutien des Nations unies, auxquelles il a demandé de rester en Côte d’ivoire, mais sans doute plus encore sur la France, qu’il n’a pas hésité à remercier «tout particulièrement».
    D’après des sources diplomatiques, Alassane Ouattara voudrait que Paris maintienne ses forces durant au moins deux ans, le temps de stabiliser le pays. Mais Nicolas Sarkozy, qui s’est engagé à réduire la présence des forces françaises sur le continent africain, se montrerait très réticent à cette idée. Les effectifs de la force Licorne, plus de 1700 hommes actuellement, pourraient même être réduits dans les toutes prochaines semaines.
    Dans son discours, Ouattara a ainsi évoqué «les liens historiques» entre les deux pays et assuré qu’ils partageaient «une vision commune de l’avenir». Une demande implicite qui semble avoir été entendue puisque le Président français, parti à Abidjan après la cérémonie d’investiture pour s’adresser à la communauté française, a assuré que la France garderait «toujours» des forces militaires en Côte d’Ivoire pour «assurer la protection de [ses] ressortissants». Promesse qu’il a assortie d’une mise en garde: «Je veux que les choses soient claires entre nous: l’armée française n’est pas là pour assurer la stabilité de quelque gouvernement que cela soit, fût-il un gouverment ami. Ce sont les Ivoiriens qui doivent choisir.»
     » (Libération)
    http://www.liberation.fr/monde/01012338750-ouattara-solennellement-investi-president-de-cote-d-ivoire

  33. DJIPI dit :

    Dramane est en train de préparer une guerre civile très violante en côte d’ivoire . Il utilise la méthode de blaise compaoré lorsqu’il est arrivé au pouvoir au burkina par coup d’état.Si dramane s’est qu’il a réellement gagné les élections en côte d »ivoire , il doit savoir réunir les ivoiriens et les maître en confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.