Résultats des élections: l’UMP se décompose depuis 2007

Imprimer cet article    Version PDF    Poster sur facebook    Tweeter la page    Ajouter à  MySpace    Ajouter sur del.icio.us    Digg this    

En Mai 2007, Nicolas Sarkozy emporte l’élection présidentielle avec 53% des voix face à Ségolène Royal. Il a alors transformé l’UMP en une solide machine à gagner qui lui avait permis d’envisager l’élection sans trop trembler.

Élections présidentielles en France en 2007

Au départ il y avait une machine à gagner...

Municipales, européennes, régionales puis dernièrement cantonales, il y a eu une élection par an depuis le triomphe. Mais à mesure que la popularité du chef de l’État baisse dans l’opinion, et que le pays s’enfonce dans la crise économique, la majorité présidentielle s’effrite. Au point aujourd’hui d’être créditée par les sondages  d’une absence au second tour en 2012. Rétro sur une chute progressive qui ne semble pas vouloir s’arrêter.

1- Les municipales de 2008

Pour les municipales de 2008, le Parti Socialiste conclut une alliance nationale avec le PCF, le PRG et les Verts. pour faire face à la majorité présidentielle. Une stratégie qui s’avère gagnante à l’aune de la « vague rose » que cette élection déclenche. Municipales de 2008 en France

Alors qu’avant l’élection la gauche gère une minorité de villes Françaises, non seulement elle recueille les suffrages de reconduction lui permettant de conserver la plupart de ses villes en gestion, mais elle conquiert aussi de nombreuses cités de droite. Et la tendance est encore plus marquée sur les villes de plus de 100 000 habitants dont le PS va diriger les trois quarts au sortir de l’élection.

La défaite de la Droite au pouvoir est d’autant plus cuisante, que les Français semble très largement satisfaits de la gestion des villes effectuée par l’opposition.Municipales de 2008 en France

Pour parachever le tout, ce revers de l’UMP aux municipales se traduit aussi au niveau des intercommunalités, puisque la Gauche hérite logiquement de la gestion de la plupart des communautés de commune. On notera le cas particulier de Marseille où en dépit d’une majorité de Droite la communauté de communes revient au socialiste Jean-Noël Guérini au nez et à la barbe de Renaud Muselier. Pour l’UMP les municipales de 2008 sont un échec total.

2 – Les européennes de 2009

Élections européennes de 2009 en FranceEn 2009, on vote pour les Européennes. Alors que la Droite obtient la majorité relative des sièges (29 sur 72),  on remarque la une forte abstention (59%) et la percée d’Europe Écologie. Un parti qui semble taillé pour la dimension Européenne, au contraire d’un PS qui chute en comparaison du scrutin de 2004.

On notera tout de même que socialistes et écologistes représentent un tiers des voix. Une proportion que l’on retrouvera dans les élections suivantes avec un jeu de vases communicants. Le Modem est en chute libre par rapport à la présidentielle. Une parties des électeurs est probablement venu gonfler les rangs écologistes, une autre retourné vers l’UMP compensant ainsi l’érosion dont le parti présidentiel commence à faire l’objet.  Le score de 29% de l’UMP est donc un peu en trompe l’œil, la Droite disposant de beaucoup moins de « réserve de voix » (pour parler dans une logique de présidentielle). Mais  la majorité ne s’inquiète pas non plus outre mesure : la popularité du président est encore élevée.

Seulement les Français commencent tout juste à ressentir les effets de la crise financière, et l’on peut déjà constater que l’ancienne « gauche plurielle » récolte 50% des voix. On est loin des ratios de 2007 ! Et pour l’UMP ce n’est que le début…

3 – Les régionales de 2010Élections régionales de 2010 en France

Il suffit de jeter un œil à la carte de France au sortir des régionales de l’an dernier pour comprendre le problème de la Droite : elle ne dirige plus que l’Alsace en métropole ! La Corse ayant basculée, la tendance à voir la Gauche diriger les régions s’est accentuée. C’est un raz-de-marée rose !

On remarque déjà la montée du Front National qui se voit gratifié de 11% des suffrages. Il enregistre le retour d’une partie de ses  électeurs qui s’étaient vu « dragués » par Nicolas Sarkozy en 2007. Mais le président ne fait plus recette auprès de l’Extrême Droite.

Élections régionales de 2010 en France

Régionales 2010 (carte Wikipedia)

Sur le reste de la population non plus: il atteint des records d’impopularité dont son camp politique semble pâtir de plus en plus.

Certes l’abstention est de nouveau élevée (53%), mais la tendance remarquée l’année précédente se confirme et même s’intensifie: la gauche parlementaire récolte cette fois 54% des suffrages (avec un bloc socialistes/écologistes à 42%).

4 – Les cantonales de 2011

Élections cantonales de 2011 en FranceLes résultats d’élections cantonales sont toujours difficiles à analyser sur le plan national. Ces élections sont traditionnellement très diversifiées avec de nombreux  candidats régionalistes ou sans étiquette. Mais c’est à l’échelon départemental – et notamment rural – que la Droite fait ordinairement recette.

La forte tendance à la désagrégation du parti présidentiel observée les années précédentes se poursuit :  alors que la gauche obtient autour de 50% des suffrages, la Droite parlementaire atteint tout juste les 30%.

Élections cantonales de 2011 en France

Cantonales de 2011 (carte LeMonde.fr)

On notera le nombre croissant de candidats (9%) se présentant sous l’étiquette « divers droite » pour ne pas être associé à Nicolas Sarkozy et subir son faible taux de popularité. De son coté le Front National – que l’on commence à annoncer au second tour de la présidentielle de 2012 – poursuit sa percée. Il apparait désormais claire qu’après avoir été vampirisé par l’UMP en 2007 il recueille au contraire maintenant de nombreux déçus du sarkozysme. L’abstention, elle, est toujours au plus haut à 55%.

Il apparait désormais claire que l’électorat UMP s’effrite d’élection en élection depuis 4 ans. Le parti de droite est desservi par un président impopulaire dont la stratégie et la façon de gouverner est contestée jusqu’à son propre camp. Accentué par la crise économique la tendance parait durable. Et si la Droite veut éviter la débâcle annoncée pour 2012 elle se doit de réagir.

Une autre chose est sûre, l’UMP ne parvient plus à capter les voix du Front National. Et ce n’est pas la tentative désespérée d’organiser un débat sur l’islam (ou la laïcité) qui y changera quoique soit : lors des dernières cantonales un comportement relativement nouveau a été observé chez les électeurs FN. Si leur candidat n’était pas maintenu au second tour ils ont préféré voter PS – voire Verts – plutôt qu’UMP au second tour. Un profond dégoût pour la Droite au pouvoir, ou la logique du « tout sauf Sarko » poussée à l’extrême… Ce genre de réflexe au second tour de la présidentielle pourrait se révéler une catastrophe pour l’UMP.

Alors après l’avoir fait gagner pendant des années Sarkozy fait-il maintenant perdre la Droite ? La Droite doit-t-elle s’unir dès le premier tour en 2012 (stratégie qui l’avait permis de l’emporter haut-la-main en 2007) ? Quelque soient les réponses à ces questions, le président et l’UMP n’ont pas de temps à perdre à tout juste un an de la présidentielle. Mais avec les récentes cacophonies (comme celle sur les consignes de vote ou le débat sur la laïcité) la « machine à perdre » semble avoir changé de camp. Et la Gauche a cette fois de l’avance…

NB: Tous les chiffres sont de Wikipedia de source du Ministère de l’Intérieur : présidentielles 2007, municipales 2008, européennes 2009, régionales 2010, cantonales 2011.
Ce contenu a été publié dans France, Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Résultats des élections: l’UMP se décompose depuis 2007

  1. juju dit :

    Pour info on a appris ce matin que François Fillon ne participera pas aux débats sur la laïcité

  2. Pamir dit :

    C’est peut être un peu optimiste pour la gauche tout ça, non ?
    Que la Droite soit devenu une machine à perdre ne fait pas de la Gauche une machine à gagner…

  3. umpkilla dit :

    François Hollande est candidat pour 2012 !

  4. Greg dit :

    Vous devez vous tromper, Sarkozy a annoncé qu’il « sentait bien » sa réélection en 2012 :
    http://www.nordeclair.fr/France-Monde/France/2011/04/14/nicolas-sarkozy-sent-bien-2012.shtml

  5. sebi dit :

    Vous pouvez ajouter les Sénatoriales 2011 à votre liste !
    Sarkozy aura donc perdu TOUTES les élections intermédiaires. Même celles qui n’était constitutionnellement pas « perdables » 🙂

  6. PandoraVox dit :

    Et le résultat de la Sénatoriale 2011 (image Métro France) :
    Résultat sénatoriale 2011

  7. Ping : Et si Nicolas Sarkozy ne se représentait pas en 2012 ? | Pandora Vox

  8. PandoraVox dit :

    Les résultats des Présidentielles 2012 en France au soir du premier tour le 22 Avril :
    Résultats élection présidentielles France en 2012

  9. PandoraVox dit :

    Et les résultats du premier tour des Législatives 2012 au soir du 10 Juin :

    résultats élections législatives en France Juin 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.