Réactiver le « New Deal » de Roosevelt en 2012

Imprimer cet article    Version PDF    Poster sur facebook    Tweeter la page    Ajouter à  MySpace    Ajouter sur del.icio.us    Digg this    

A l’heure ou l’Espagne s’enfonce un peu plus dans la tourmente et que l’Europe semble à nouveau à la merci de la crise de l’Euro, Susan George, Stéphane Hessel et Edgar Morin (169 ans à eux trois comme le faisait remarquer Rue89) ont réunis leurs amis autour du collectif Roosevelt 2012.  Considérant que « la première bataille à mener aujourd’hui est une bataille intellectuelle » et en se basant sur les écrits du prix Nobel Joseph Stiglitz (« Le triomphe de la stupidité »), ils se proposent de « dire l’urgence et redonner l’espoir » avec des propositions dignes du « New Deal » mis en place par F. D. Roosevelt à partir de 1933.

« Nos sociétés approchent d’un point de non-retour« 

Le collectif Roosevelt 2012Michel Rocard – qui fait partie du collectif – affirmait en 2007 que «le capitalisme vivait une crise suicidaire pour l’humanité». C’est forts de ce constat et de la certitude que « nos sociétés approchent d’un point de rupture, d’un point de non-retour« , que le collectif Roosevelt 2012 s’est formé.

La volonté des membres est de livrer bataille sur le terrain institutionnel et idéologique. Parce que « si ce sont des décisions politiques qui nous ont amenés à la crise, d’autres décisions politiques peuvent nous en sortir » comme l’explique le manifeste. Pour les membres du collectifs, le problème de nos sociétés aujourd’hui est essentiellement un problème de diagnostic. Qui s’il est mal posé ne peut déboucher sur aucune solution:

« Plutôt que de s’attaquer aux racines de la crise, plutôt que de changer radicalement un système économique que tous, en 2008, disaient vouloir transformer de fond en comble, nos dirigeants ont continué la fuite en avant, en remplaçant la «transfusion» de dette privée par une transfusion de dette publique« 

La dette totale des Etats Unis depuis 1952 en pourcentage du PIB

La chute est inéluctable: évolution de la dette totale des États-Unis (dette des familles + dette des entreprises + dette des collectivités et de l’Etat fédéral)

L’idée derrière « Roosevelt 2012 » est finalement assez simple: si la crise économique de 2008 est la plus importante depuis celle de 1929, peut-être serait-il intéressant d’aller chercher du coté des remèdes utilisés à l’époque… C’est là que le New Deal de Roosevelt sort des archives.

En 1933 aux États-Unis  « l’activité législative est prodigieuse: en 3 mois, Roosevelt fait adopter plus de réformes que Hoover en 4 ans. Le processus est d’une rapidité extraordinaire: certaines lois sont présentées, discutées, votées et promulguées dans la même journée. »

Si la nouvelle donne proposée par Roosevelt n’a pas permis de sortir totalement le monde de la crise économique (laquelle, tristement,  ne sera véritablement chassée que par la Seconde Guerre Mondiale), elle aura au moins permis de poser les bases du système économique qui permettra l’épanouissement des 30 glorieuses. Ce même système que les libéraux se sont échinés à « détricoter » depuis les années 70 à coup de dérèglementations.

S’inspirant du programme réalisée par le président démocrate dans les Années Trente, les propositions du collectif (voir ci-après) s’articulent autour de 3 axes :

  • Éviter l’effondrement
  • Contre le chômage, construire une nouvelle société
  • Construire enfin une Europe démocratique

« Si l’on avait attendu un accord entre diplomates, le mur de Berlin serait encore debout.« 

Les mesures d’urgence pour un plan anti-crise sont bien évidemment à l’usage du futur président de la République:

« Le but de notre collectif est simple : provoquer un sursaut ! Dire la gravité de la crise et alimenter le débat démocratique avec 15 mesures d’urgence que le nouveau Président de la République devra mettre en œuvre dès les premières semaines, après son arrivée au pouvoir en mai prochain. »

Chute de la part des salaires dans les bénéfices des entreprises

Dans la zone euro, les entreprises prennent chaque année l’équivalent de 1 % du PIB dans la poche de leurs salariés, en plus de ce qu’elles ont fait les années précédentes

L’objectif est de rassembler un maximum de citoyens pour faire pression sur nos dirigeants. Comme le manifeste le fait justement remarquer: « Si l’on avait attendu un accord entre diplomates, le mur de Berlin serait encore debout. En 1989, ce sont des citoyens qui se sont levés et qui ont fait tomber un système politique qui niait la dignité de l’Homme.« 

Le collectif Roosevelt 2012 lance donc un grand appel à signatures pour peser dans le débat public et tenter d’inspirer les candidats à la présidentielle en manque d’idée pour leurs programme.

Voici les 15 mesures d’urgences proposées par Roosevelt 2012 (également détaillées sur leur site):

  1. Redonner de l’oxygène à nos États: diminuer très fortement les taux d’intérêt sur la vieille dette
  2. Dégager de nouvelles marges de manœuvre financières: créer un impôt européen sur les bénéfices des entreprises
  3. Mettre fin au sabordage fiscal national
  4. Boycotter les paradis fiscaux: utiliser le levier de la commande publique
  5. Limiter au maximum les licenciements
  6. Sécuriser les précaires
  7. Interdire aux banques de spéculer avec notre argent: séparer les banques de dépôt et les banques d’affaires
  8. Créer une vraie Taxe sur les Transactions Financières
  9. Lutter contre les délocalisations: imposer le respect des normes sociales et environnementales dans le commerce mondial en convoquant un nouveau Sommet de Philadelphie
  10. Investir dans une vraie politique du logement: pour créer massivement des emplois et faire baisser les loyers
  11. Déclarer la guerre au dérèglement climatique
  12. Développer l’économie sociale et solidaire
  13. Négocier un autre partage du temps de travail et un autre partage des revenus
  14. Faire éclore la démocratie en Europe: changer radicalement les institutions
  15. Négocier un vrai Traité de l’Europe sociale

Cette liste n’est pas sans rappeler celles formulées par les Économistes Atterrés dans leur manifeste,  ou celles que nous proposions au mois de Décembre dans notre top 10 des mesures urgentes pour un plan anti crise. On y retrouve par exemple la lutte contre les paradis fiscaux, la taxe Tobin, et le sévère diagnostic sur le manque de démocratie des institutions Européennes.

Si ces collectifs de citoyens et ces différents manifestes se multiplient, espérons que cela permettra de gagner du terrain sur le plan idéologique. Il est grand temps que l’opinion réalise que le libéralisme forcené n’est pas l’unique alternative, et que loin d’être la solution il n’est que la cause des crises actuelles.

Redonner de l’oxygène à nos États

Ce contenu a été publié dans Economie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Réactiver le « New Deal » de Roosevelt en 2012

  1. Effectivement d’autres collecctifs tentent de faire connaître leurs solutions à la crise, mais la caractéristique de ROOSEVELT 2012 qui fait la différence c’est un chiffre :

    2 MILLIONS d’emplois (essentiellement privés) CDI temps plein en 5 ans sans ruiner l’état ni les entreprises.

    Et ce grâce à des mesures déjà en place à l’étranger ou en France à petite échelle.

    Sans parler de l’arrêt de l’hémorragie en cours des plans de licenciements (1 millions de nouveaux chômeurs attendus d’ici 18 mois) par la mise en place immédiate d’un « KURZARBEIT » à l’allemande via décret (possible en 3 semaines) => en Allemagne 1.5 millions de salariés passés à 30h/semaine depuis 2008 au lieu d’être licenciés

    • dOd71 dit :

      Moi je suis toujours très prudent lorsque l’on se réfère systématiquement à Roosevelt. Les militants de Jacques Cheminade ne jurent que par lui par exemple…

      Rappelons aussi que son plan n’était pas figé au moment où il l’a fait et qu’il a pas mal tatonné… La souplesse et le non dogmatisme est la clé.

      • Oui, et le collectif a bien conscience que certaines des mesures de Roosevelt à l’époque n’ont pas fonctionné, et qu’entre temps le monde a changé.

        Mais la plupart des mesures préconisées sont déjà en place à l’étranger ou en France à petite échelle.

        Il s’agit d’être pragmatique , d’éviter de réinventer l’eau chaude, et de mettre place des solutions dont on est certain qu’elles fonctionneront au moins un minimum, car le temps presse, l’effondrement total de l’économie des pays occidentaux menace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.